ENR: photovoltaïque, éolien et biogaz reprennent des couleurs

Le 31 mai 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une éolienne en Picardie.
Une éolienne en Picardie.
VLDT

Le ministère de l’énergie publie son tableau de bord trimestriel des énergies photovoltaïques, éoliennes et du biogaz made In France. L’occasion de faire le point, quelques semaines après la publication de l’arrêté fixant les objectifs de développement des énergies renouvelables dans le cadre de la Programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production d’électricité.

Biogaz

Fin mars 2016, la France compte 439 installations produisant de l’électricité à partir de biogaz, pour une puissance totale installée de 370 mégawatts et une production de 0,45 térawattheure (soit 0,3% de la consommation électrique nationale). 17 sites d’injection sont en activité.

Le paysage est contrasté: 26% des installations ont une puissance unitaire d’au moins 1 MW et représentent à elles seules 73% de la puissance totale installée. A l’inverse, 62% des installations raccordées ont une puissance moyenne de seulement 349 kilowatts. Si les installations exploitant le biogaz issu des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND) sont les moins nombreuses, leur puissance unitaire moyenne est bien plus importante (1,8 MW): elles contribuent ainsi à plus des deux tiers de la puissance totale installée.

L’Ile-de-France occupe la première place, avec 71 MW installés, avant l’Aquitaine-Limousin Poitou-Charentes, le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, qui représentent près de la moitié de la puissance totale installée pour la production électrique à partir de biogaz.

167 projets étaient en attente fin mars 2016, pour une puissance de 109 MW.

Le tout récent décret relatif à l'obligation d'achat de l’électricité produite par les énergies renouvelables et les installations de cogénération à gaz, qui supprime notamment le dispositif de certificat ouvrant droit à l’obligation d’achat d’électricité (Codoa), permettra d’alléger les procédures et de raccourcir les délais d’obtention du contrat d’achat. Un système qui reste toutefois en vigueur pour les filières les moins matures, les installations dont la puissance est inférieure à 500 kilowatts et l’éolien terrestre.

Eolien

Avec près de 5,5% de la consommation électrique couverte, la puissance installée de l’éolien n’atteint qu’aux trois quarts seulement les objectifs du plan national d’action en faveur des énergies renouvelables (23% d’énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie en France en 2020). Toutefois, la production éolienne atteint 7,8 TWh au premier trimestre 2016: le plus haut niveau de production de la filière jamais comptabilisé en France.

La région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine dispose du parc éolien le plus important, avec une puissance de 2.598 MW, soit le quart de la puissance installée sur le territoire français. Grâce aux renforts de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, près de la moitié du parc éolien national est concentré dans le quart nord-est de la France. L’Ile-de-France, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Corse et les régions d’Outre-mer sont des terres à conquérir: elles représentent seulement 1% de la puissance installée en France. Quant aux DOM, cela fait plus de 5 ans qu’aucune nouvelle installation n’a été raccordée.

Fin mars 2016, les projets d’éolien terrestre et d’éolien en mer en file d’attente représentent respectivement 665 et 14 projets, pour une puissance totale de 7,8 et de 3,3 gigawatts.

 

Solaire photovoltaïque

Fin mars 2016, la France compte 370.222 installations produisant de l’électricité à partir du soleil, pour une puissance totale installée de 6.737 mégawatts crête et une production de 1,2 TWh (soit 0,9% de la consommation électrique nationale, contre 0,7% un an auparavant). Plus des deux tiers de la puissance raccordée au premier trimestre 2016 provient de projets d’une puissance supérieure à 250 kW, quand la puissance moyenne des installations solaires photovoltaïques du parc s’élève à 18 kW. Si les premiers mois de 2016 peuvent sembler décevants, cela peut s’expliquer par le fait que près du quart de la puissance installée en 2015 provient de la mise en service d’une seule centrale solaire: celle de Cestas en Gironde (230 MWc). C’est la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes qui dispose du parc solaire photovoltaïque le plus important, avec une puissance installée de 1.650 MWc. La région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est active, avec 58 MWc supplémentaires raccordés au seul trimestre 2016.

Bénéficiant d’un ensoleillement généreux tout au long de l’année, les régions d’Outre-mer représentent 5% de la puissance totale du parc; un chiffre encourageant, mais qui ne cache pas un rythme de développement de la filière nettement plus faible en Outre-mer qu’en métropole. Après une baisse continue depuis près de deux ans, le rebond de la puissance des projets en file d’attente constaté au trimestre précédent se confirme. Celle-ci atteint 2.138 MWc fin mars 2016.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus