Enquête administrative sur la décharge de la Glacière

Le 25 novembre 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une enquête est demandée par l'Adev depuis 2007
Une enquête est demandée par l'Adev depuis 2007
ADEV

Popularisée par les images de Martin Esposito dans son film «Super Trash», la décharge de la Glacière, située à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), va faire l’objet d’une enquête administrative sur ses dysfonctionnements.

Son ouverture a été annoncée le 20 novembre par le ministre de l’écologie Philippe Martin, en réponse à la question orale du député Lionnel Luca (Alpes-Maritimes, UMP), et ancien maire de Villeneuve-Loubet, à l’Assemblée.

 

«C’est une grande victoire pour nous», a réagi Serge Jover, président de l’Association de défense de l’environnement de Villeneuve (Adev), qui avait alerté les pouvoirs publics de la présence de déchets non autorisés dans l’installation, comme des boues d’épuration et des produits pétroliers.

 

Des comptes demandés à Veolia

 

Dans un courrier adressé le 19 novembre à l’Adev, le cabinet du ministère de l’écologie indique que les services de l’inspection des ICPE (1) de la Dreal (2) vont enquêter sur les dérives observées sur cette décharge fermée en juillet 2009, vérifier le nombre de contrôles réalisés et demander à l’exploitant, Veolia, quelles actions il prévoit sur l’installation.

 

Une surveillance étroite du site doit par ailleurs être maintenue jusqu’en 2039 pour vérifier l’état des eaux, la bonne gestion du biogaz issu des casiers de stockage et l’intégrité de la couverture finale de la décharge.

 

Quant à la demande d’une enquête épidémiologique, Philippe Martin a précisé qu’une concertation était lancée avec le ministère de la santé.

 

En 2007, déjà, l’Adev avait demandé à la ministre de la santé de l’époque, Roselyne Bachelot, et au ministre de l’écologie Jean-Louis Borloo, l’ouverture d’une étude sanitaire. Mais cette requête n’avait pas été suivie d’effet.

 

«A terme, aucun déchet valorisable ne devra se retrouver en décharge. Nous préparons une révision de l’arrêté sur la mise en décharge à cet effet», a ajouté le ministère, qui souhaite réduire de moitié les tonnages enfouis en 2020 par rapport à 2010.

 

 

(1)Installation classée pour la protection de l’environnement

(2)Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus