Enfin, le comité national de la TVB lancé!

Le 18 octobre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Après la parution en juin dernier (voir JDLE) des deux décrets relatifs à la création des comités régionaux, et du comité national de la Trame verte et bleue (TVB), le ministère de l'écologie a annoncé aujourd’hui 18 octobre la mise en place du comité national.

Le principe de cette trame, verte pour la préservation des milieux naturels terrestres et bleue pour les milieux aquatiques, avait été retenu dès les tables rondes du Grenelle de l'environnement en 2007.
 
«Depuis, la dynamique s'essouffle», ont regretté 4 associations d'écologistes (France Nature Environnement, Ligue pour la protection des oiseaux LPO, Fondation pour la nature et l'homme, Ligue ROC-Humanité et biodiversité) dans un communiqué commun. «On ne comprend pas pourquoi il a fallu 6 mois pour lancer le comité», s'étonne Christophe Aubel, de la Ligue ROC affirmant que Matignon en avait bloqué le lancement.
 
Pourtant, selon les propres chiffres du ministère, environ 165 hectares de milieux naturels et terrains agricoles sont détruits chaque jour en France, remplacés par des routes, habitations et zones d'activité. «Plus de la moitié des petites zones humides, comme les mares et les tourbières, ont disparu au cours du XXe siècle et donc toutes les espèces qui vont avec», explique Maxime Paquin, chargé de mission à France Nature Environnement (FNE). Principaux responsables selon lui: la construction de digues pour limiter l'extension des crues et le drainage des zones pour l'agriculture et l'extension urbaine.
 
C’est donc dans cette ambiance morose que le comité national voit enfin le jour. A sa tête, Jérôme Bignon (UMP), député de la Somme, sera accompagné de deux vice-présidents représentant, l'un les agriculteurs (le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture), l'autre les écologistes (le président de France Nature Environnement). Mais ce comité regroupera également des acteurs de la préservation de la nature, de l'aménagement du territoire, du monde agricole et de la chasse, entre autres. D’ailleurs, il semblerait que les discussions avec les agriculteurs, pour la mise en place de cette TVB, aient été houleuses puisque la ministre a mentionné ce matin que la «signature de la FNSEA avait été obtenue au finish».
Le comité aura pour mission de garantir la cohérence de la mise en place de la Trame verte et bleue sur l'ensemble du territoire. «Votre balcon, vos jardins, les parcs régionaux, les parcs nationaux, les communes, tout le monde participe à la mise en place des infrastructures écologiques», a souligné ce matin Nathalie Kosciusko-Morizet.
 
«La feuille de route du comité vise à faire changer le regard sur les orientations nationales pour rétablir le lien entre la nature et l'aménagement du territoire», a indiqué le député de la Somme. Une première réunion a eu lieu dans la foulée de la conférence de presse et «sera suivie d'une autre début novembre pour permettre ensuite à la ministre de finaliser le décret d'application de la Trame verte et bleue d'ici la fin de l'année», a précisé Jérôme Bignon.
 
Celui-ci a également annoncé la publication d’une première carte de France des trames vertes (milieux naturels terrestres, forêts, prairies, bandes végétalisées) et bleues (zones humides, cours d'eau, étangs et marais) pour début 2013, ainsi que la création d’un centre de ressources dédié à la TVB pour tous les acteurs locaux. Le site internet sera accessible dès aujourd’hui: www.trameverteetbleue.fr.
 
La mise en place des trames vertes et bleues passera notamment par des appels à projet lancés par le ministère –déjà deux portant sur le rétablissement des continuités et la restauration du milieu ont été publiés en juillet dernier. Deux autres relatifs aux infrastructures agro-écologiques et à la trame verte et bleue urbaine devraient être publiés, selon le ministère, dans les semaines à venir. Mais cette mise en place passera également par l'engagement des régions et collectivités territoriales ainsi que des discussions avec les partenaires. «Actuellement nous discutons avec les sociétés d'autoroutes pour qu'elles prennent en charge une partie de la biodiversité sur leur réseau», a précisé la locataire de l’hôtel de Roquelaure.
 
Mais côté écologistes, les reproches fusent. Ils accusent le gouvernement de vouloir minorer les ambitions de la TVB. Très critique, Maxime Paquin reproche principalement la définition restrictive de l'obstacle à la biodiversité proposée par le ministère. «Ils ont décidé que les principaux obstacles sont les infrastructures de transport et qu'il n'y a qu'à faire des passages de faune, un peu de bandes de verdure et des haies et on dit qu'on a fait la trame verte et bleue», résume-t-il.
 
Enfin, interrogé sur l’état d’avancement de la TVB dans le pays, le tout nouveau président du comité national a expliqué: «Toutes les régions ont commencé à travailler. Certaines comme la région Nord-Pas-de-Calais, l’Ile-de-France ou l’Alsace ont pris de l’avance».
 
Sur le même sujet:
http://www.journaldelenvironnement.net/article/biodiversite-le-pari-de-la-trame-verte-et-bleue,17186
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus