Energiewende: forte progression des centrales au gaz allemandes

Le 03 janvier 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'arrêt de la centrale nucléaire de Grafenrheinfeld a réduit la production nucléaire allemande.
L'arrêt de la centrale nucléaire de Grafenrheinfeld a réduit la production nucléaire allemande.
DR

Les électriciens allemands n’ont jamais autant exporté qu’en 2016.

Ses détracteurs, français notamment, ont beau dire, la transition énergétique allemande ne se porte pas si mal. Selon une note diffusée lundi 2 janvier par le Fraunhofer Institute, les électriciens ont produit 545,6 térawattheures (TWh) l’an passé, soit 1% de moins qu’en 2015.

Baisse du nucléaire

Avec une baisse de 6% de sa production (soit 80 TWh), le nucléaire est l’énergie qui recule le plus. Ce qui s’explique par la mise à l’arrêt de la centrale bavaroise de Grafenrheinfeld. Avec 236,3 TWh injectés, les centrales au charbon ont réduit d’environ 3% leur voilure. En cause: leur difficulté à suivre les évolutions, rapides, de la production des parcs éoliens et photovoltaïques.

Les ENR progressent

Malgré une hausse des capacités installées, ces derniers ont d’ailleurs moins produit d’électrons l’an dernier que l’année précédente: 37,6 TWh pour le photovoltaïque (-3,3%) et 78 TWh pour l’éolien (-1,5%). Avec 186 TWh injectés sur les réseaux, les énergies renouvelables électriques (éolien, photovoltaïque, hydroélectricité et biomasse) ont tout de même généré 34,2% du courant allemand: 3 points de mieux qu’en 2015. A noter le bond de la production des centrales à gaz: + 43,7% (soit 37,6 TWh).

Record de l’export

Les énergéticiens d’outre-Rhin ont bien exporté. L’an passé, ils ont vendu 50 TWh à leurs voisins, notamment néerlandais, suisses et autrichiens. Le record de 2015 est enfoncé de 4%. L’une des principales raisons de ce succès commercial: le manque de disponibilité des centrales nucléaires… françaises.

La baisse des prix de gros de l’électricité en Europe a, en partie, effacé ces gains. Les gains 2015 du trading allemand sont de l’ordre de 1,37 milliard d’euros, contre plus de 2 milliards en 2015. En moyenne, le prix du MWh allemand s’est négocié, en Europe, autour de 35 €: le plus bas prix observé depuis 2006, au moins.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus