Energies renouvelables: les objectifs de la PPI ‘Renouvelables’ publiés

Le 26 avril 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La dernière conférence environnementale du quinquennat.
La dernière conférence environnementale du quinquennat.
DR

L’arrêté fixant les objectifs de développement des énergies renouvelables dans le cadre de la programmation pluriannuelle des investissements (PPI) de production d’électricité a été publié, ce dimanche 24 avril, au Journal officiel.

De retour de la conférence de New York et avant d’inaugurer la 4e et dernière Conférence environnementale du quinquennat, Ségolène Royal a signé l’arrêté fixant les objectifs de développement des énergies renouvelables dans le cadre de la PPI de production d’électricité. Après être passé devant le conseil de l’énergie mi-avril, le texte a été publié le 24 avril 2016 au Journal officiel.

Production électrique

Les objectifs de développement de la production électrique à partir des énergies renouvelables sont donnés, en termes de puissance totale installée, pour les différentes sources d’énergie, avec deux échéances dans le temps.

  • Energie éolienne terrestre: 15.000 mégawatts au 31 décembre 2018 et dans une fourchette allant de 21.800 à 26.000 MW au 31 décembre 2023.
  • Solaire: 10.200 MW au 31 décembre 2018 et dans une fourchette allant de 18.200 à 20.200 MW au 31 décembre 2023.
  • Hydroélectricité: 25.300 MW au 31 décembre 2018 et dans une fourchette allant de 25.800 à 26.050 MW.

Un premier appel d’offres pour le développement de la petite hydroélectricité est lancé par le ministère de l’environnement et de l’énergie, avec un objectif de 60 MW. Des projets qui permettront «l’autonomie énergétique en consommation directe, de restaurer la continuité écologique des rivières et de mettre un coup d’arrêt à la disparition des moulins», a déclaré Ségolène Royal lors de la conférence environnementale.

L’objectif de cette PPI est également d’engager d’ici 2023 des projets de stockage sous forme de stations de transfert d’électricité par pompage, en vue d’un développement de 1 à 2 gigawatts de capacités entre 2025 et 2030.

Les puissances installées en hydroélectricité devront atteindre 25,3 GW fin 2018 et 25,8 à 26 GW 5 ans plus tard. Barrages et centrales au fil de l’eau devront injecter sur le réseau 61 térawattheures par an en 2018, et 63 voire 64 TWh/an en 2023.

L’éolien marin devrait fortement progresser au début de la seconde décennie du siècle. La puissance installée du parc français devra atteindre 500 MW fin 2018 mais 3 GW au 31 décembre 2023.

L’arrêt prévoit également une marge entre 500 et 6.000 MW de plus, en fonction des concertations sur les zones propices, du retour d’expérience de la mise en œuvre des premiers projets et sous condition de prix.

-Energies marines (éolien flottant, hydrolien, etc.): au 31 décembre 2023, l’objectif s’établit à 100 MW, avec une possibilité de 200 à 2.000 MW de plus en fonction du retour d’expérience des fermes-pilotes et sous condition de prix.

- Géothermie électrique: 8 MW au 31 décembre 2018 et 53 MW au 31 décembre 2023.

- Bois-énergie: 540 MW au 31 décembre 2018 et entre 790 et 1.040 MW au 31 décembre 2023.

- Méthanisation: 137 MW au 31 décembre 2018 et entre 237 et 300 MW au 31 décembre 2023.

 

Pour la production d’électricité à partir de biogaz (biogaz de décharge/stations d’épuration et filière incinération d’ordures ménagères), l’arrêté ne fixe pas d’objectif chiffré, mais celui d’équiper les sites existants de moyens de production électrique permettant de valoriser l’énergie produite lorsque c’est économiquement pertinent.

Pour favoriser la production locale d’énergie, des appels d’offres expérimentaux de soutien à l’autoconsommation/autoproduction seront lancés d’ici le 31 décembre 2016.

 

Clôturant ce mardi la Conférence environnementale, le Premier ministre a indiqué que les tarifs de raccordement des centrales photovoltaïques allaient être revus à la baisse. Une mesure destinée à soutenir l’équipement des agriculteurs, a souligné Manuel Valls.

 

Chaleur et froid renouvelables

Les objectifs de développement de la chaleur et du froid renouvelables et de récupération sont donnés, en termes de production globale, pour les différentes sources d’énergie, avec deux échéances dans le temps.

  • Biomasse: 12.000 kilotonnes équivalent pétrole (ktep) au 31 décembre 2018 et entre 13.000 et 14.000 ktep au 31 décembre 2023.
  • Biogaz: 300 ktep au 31 décembre 2018 et entre 700 et 900 ktep au 31 décembre 2023.
  • Pompes à chaleur: 2.200 ktep au 31 décembre 2018 et entre 2.800 et 3.200 ktep au 31 décembre 2023.
  • Géothermie de basse et moyenne énergie: 200 ktep au 31 décembre 2018 et entre 400 et 550 ktep au 31 décembre 2023.
  • Solaire thermique: 180 ktep au 31 décembre 2018 et entre 270 et 400 ktep au 31 décembre 2023.

 

Les objectifs de développement de la chaleur et du froid renouvelables et de récupération livrés par les réseaux de chaleur et de froid sont, en termes de quantité globale livrée, de 1,35 Mtep en 2018 et entre 1,9 et 2,3 Mtep en 2023.

 

Biométhane et biocarburants

Les objectifs pour le développement de l'injection de biométhane dans le réseau de gaz, en termes de production globale sont de 1,7 TWh en 2018 et de 8 TWh en 2023.

Les objectifs pour le développement des carburants d'origine renouvelable sont:

  • Pour le bioGNV: 0,7 TWh consommé en 2018 et 2 TWh en 2023, dans la perspective qu’il représente 20% des consommations de GNV en 2023, sur des segments complémentaires de ceux des véhicules électriques et des véhicules hybrides rechargeables.
  • Pour l'incorporation des biocarburants avancés (selon la définition communautaire) dans les carburants, l’objectif pour la filière essence est de 1,6% en 2018 et 3,4% en 2023; et pour la filière diesel de 1% en 2018 et 2,3% en 2023.

 

 

La publication de l’arrêté relatif à l’énergie nucléaire est attendue pour la fin de l’été 2016.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus