Energies renouvelables: le rythme de création d’emploi ralenti

Le 25 mai 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le solaire à concentration emploie encore peu de monde.
Le solaire à concentration emploie encore peu de monde.
DR

Les énergies vertes emploient plus de 9 millions de salariés dans le monde.

Une mauvaise performance. L’an passé, dans le monde, le secteur des énergies renouvelables (ENR) n’a vu croître que de 2% le nombre de ses salariés. Bien, pourrait-on dire. Mais ce rythme est nettement moins soutenu qu’en 2014: +15%, indique l’étude annuelle que l’agence internationale des énergies renouvelables (Irena) consacre à l’emploi. A titre de comparaison, le dynamique secteur pétrolier américain a perdu 18% de ses salariés, sous l’effet de l’effondrement des prix du brut.

Autant d'emplois en France qu'au Bangladesh

Publiée ce mercredi 25 mai, l’édition 2016 du rapport de l’Irena évalue à plus de 8 millions le nombre de personnes contribuant à la production d’énergies ‘vertes’, dont 3,5 millions en Chine, 920.000 au Brésil et plus de 700.000 aux Etats-Unis. Modeste, la France[1] en revendique 170.000: à peine mieux que le Bangladesh. Comptabilisée séparément, la grande hydraulique fait vivre 1,3 million de personnes. Un chiffre en baisse de 13% en un an.

Avec plus de 2,7 millions d’employés, le photovoltaïque se taille la part léonine, devant les agro-carburants (1,6 million), l’éolien (un peu plus de un million) et la climatisation solaire (un peu moins de un million). Avec moins de 170.000 salariés à eux deux, les secteurs de la géothermie et du solaire à concentration ferment la marche.



[1] Le chiffre date de 2014, contrairement aux autres statistiques nationales.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus