Energies renouvelables: le rythme de création d’emploi ralenti

Le 25 mai 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le solaire à concentration emploie encore peu de monde.
Le solaire à concentration emploie encore peu de monde.
DR

Les énergies vertes emploient plus de 9 millions de salariés dans le monde.

Une mauvaise performance. L’an passé, dans le monde, le secteur des énergies renouvelables (ENR) n’a vu croître que de 2% le nombre de ses salariés. Bien, pourrait-on dire. Mais ce rythme est nettement moins soutenu qu’en 2014: +15%, indique l’étude annuelle que l’agence internationale des énergies renouvelables (Irena) consacre à l’emploi. A titre de comparaison, le dynamique secteur pétrolier américain a perdu 18% de ses salariés, sous l’effet de l’effondrement des prix du brut.

Autant d'emplois en France qu'au Bangladesh

Publiée ce mercredi 25 mai, l’édition 2016 du rapport de l’Irena évalue à plus de 8 millions le nombre de personnes contribuant à la production d’énergies ‘vertes’, dont 3,5 millions en Chine, 920.000 au Brésil et plus de 700.000 aux Etats-Unis. Modeste, la France[1] en revendique 170.000: à peine mieux que le Bangladesh. Comptabilisée séparément, la grande hydraulique fait vivre 1,3 million de personnes. Un chiffre en baisse de 13% en un an.

Avec plus de 2,7 millions d’employés, le photovoltaïque se taille la part léonine, devant les agro-carburants (1,6 million), l’éolien (un peu plus de un million) et la climatisation solaire (un peu moins de un million). Avec moins de 170.000 salariés à eux deux, les secteurs de la géothermie et du solaire à concentration ferment la marche.



[1] Le chiffre date de 2014, contrairement aux autres statistiques nationales.