Energies fossiles: pour diminuer les émissions de GES, réduire les subventions

Le 27 août 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Supprimer les subventions aux énergies fossiles permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) tout en stimulant l'économie, estime le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue). Dans un rapport rendu public à Accra (Ghana), qui accueille la troisième conférence onusienne de l'année sur le climat, le Pnue estime que ces subventions représentent chaque année près de 300 milliards de dollars (205 milliards d'euros), soit 0,7% du PIB mondial.

Principaux pays à subventionner les énergies fossiles: la Russie, qui alloue 40 milliards de dollars chaque année à la baisse du prix du gaz, et l'Iran, avec 37 milliards de dollars. Six pays dépassent les 10 milliards de dollars annuels de subventions: Chine, Arabie saoudite, Inde, Indonésie, Ukraine et Egypte.

Le Pnue estime que la suppression de ces subventions permettrait de réduire les émissions de GES de 6% par an, tout en accroissant le PIB mondial de 0,1% par an.

La branche environnementale de l'ONU affirme, grâce à ce rapport, casser un certain nombre d'idées reçues. Les subventions privilégient surtout les classes aisées, les constructeurs d'équipements et les énergéticiens plutôt que les ménages plus modestes. Ces subventions détournent des fonds qui, mieux utilisés, auraient un impact plus important sur le mode de vie de ces classes sociales.

Le rapport loue l'effet positif des mécanismes de soutien tels que les tarifs d'achat, créateurs de bénéfices économiques, sociaux et environnementaux et permettant le décollage des énergies renouvelables.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus