Energie: les projets prioritaires de l’Europe

Le 15 octobre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les lignes de transport se taillent la part du lion.
Les lignes de transport se taillent la part du lion.
DR

Le commissaire européen à l’énergie a rendu publique, lundi 14 octobre, une liste de 250 projets d’infrastructures énergétiques, éligibles au mécanisme pour l’interconnexion en Europe. Doté de 5,8 milliards d’euros, ce fonds a pour vocation d’aider au financement de projets non entièrement finançables par le marché.

 

Dans le lot, on trouve de très nombreux projets d’interconnexions et de lignes de transport d’électricité (140), mais aussi des centrales utilisant les énergies renouvelable (stations de pompage-turbinage, notamment), des gazoducs, des oléoducs, des câbles reliant la terre à des champs d’éoliennes marines, des stockages de gaz. En revanche, l’Europe ne prévoit de co-financer que deux projets de réseaux intelligents (smart grids), pourtant présentés comme l’avenir du transport et de la distribution d’électricité.

 

Pour la France, la commission propose de co-financer deux hubs reliant la terre à des champs éoliens marins (mer du Nord belge), sept interconnexions électriques (avec l’Irlande, le Royaume-Uni, l’Italie), des interconnexions gazières avec l’Espagne, la Belgique, le Luxembourg, la Sardaigne, plusieurs renforcements de gazoducs hexagonaux. La commission a aussi retenu le projet franco-italien Green Me de pilotage des réseaux électriques où seraient injectés de gros volumes d’électricité d’origine photovoltaïque.

 

Sans surprise, une quinzaine de projets allemands de renforcement des réseaux de transport d’électricité et de câbles terre-mer (éolien) ont aussi été retenus par la direction de l’énergie.

 

La sélection définitive des projets financés par l’argent communautaire doit intervenir lors de la réunion du comité constitué des représentants des gouvernements des Etats membres de l?UE (Coreper) du 4 décembre prochain.

 

Dans un communiqué, le Bureau européen de l’environnement s’étonne que la Commission puisse soutenir des projets favorisant la consommation d’énergies fossiles, comme le gaz ou le pétrole. «Ces projets pourrait compromettre les efforts réalisés par l’Europe pour limiter les impacts des changements climatiques», estime la fédération européenne des associations environnementalistes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus