Energie: les mauvaises pratiques commerciales perdurent

Le 29 mai 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Jean Gaubert aussi a été victime de commerciaux d'un énergéticien.
Jean Gaubert aussi a été victime de commerciaux d'un énergéticien.
VLDT

 

Les litiges entre les clients et les fournisseurs d’énergie ont bondi l’an passé, constate le médiateur de l’énergie, qui n’est pas optimiste pour l’avenir.

 

Ce n’est pas aux vieux singes qu’on apprend à faire la grimace. On pourrait, en revanche, inculquer aux énergéticiens actifs dans l’Hexagone quelques notions de bonne pratique commerciale. Ainsi pourrait-on résumer le rapport d’activité 2017 du médiateur de l’énergie, publié mardi 29 mai.

Le palmarès des litiges commerciaux (en litige par 100.000 contrats): Eni (207), Total (89), Engie (85), Direct Energie, groupe Total (61), EDF (34).

Voilà des années que l’autorité indépendante présidée par Jean Gaubert dénonce les dérives du démarchage à domicile, les ratés de la facturation et les discours inexacts des commerciaux des producteurs et distributeurs d’électricité et de gaz. Une petite musique qui n’est malheureusement pas prête de s’éteindre de sitôt. Entre 2016 et 2017, le nombre de litiges comptabilisés par le médiateur a bondi de 19%.

 

L’an passé, 1.519 litiges relatifs à des contestations de souscription ou à des pratiques de démarchage trompeuses ou déloyales ont été recensés. La plupart concernent la filiale française de l’Eni et Engie. Nouvel acteur sur ces marchés, Total se situe entre les deux anciens monopoles du gaz, en Italie et en France. Un bon début pour le groupe présidé par Patrick Pouyanné. «Et avec la restructuration du marché en cours, il est probable que les problèmes liés au démarchage restent d’actualité pendant un bon moment», estime Jean Gaubert.

Facturation peu rigoureuse

La facturation n’est pas non plus exempte de tout reproche. Ce poste représente même plus de la moitié du contentieux traité par le médiateur. Le plus souvent, l’énergéticien ‘oublie’ d’informer ses clients sur les raisons d’une hausse subite des prix de l’énergie: rattrapage tarifaire, absence de relève, retard dans la facturation, etc.

opérateurs empêtrés

Plus grave, certains opérateurs, comme Eni, «s’empêtrent» dans leur facturation. Faute d’avoir pu envoyer ses factures tous les deux mois, reporter correctement les soldes ou facturer des montants correspondant aux relevés, Engie a dû stopper la commercialisation aux copropriétés de son offre ‘Vertuoz Habitat’.

l'autoconsommation des riches

D’autres problèmes à venir préoccupent le médiateur, à l’instar de l’économie de l’autoconsommation. «Je vois cela avec beaucoup de bienveillance. Mais je ne voudrais pas que les classes moyennes, qui pourront en bénéficier, fassent payer par les autres la mise à disposition du réseau.»

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus