Energie Climat 2030: Connie Hedegaard entame son parcours du combattant

Le 30 janvier 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La commissaire européenne en charge de l'action pour le climat a défendu en France le nouveau paquet Energie Climat
La commissaire européenne en charge de l'action pour le climat a défendu en France le nouveau paquet Energie Climat

La commissaire de l’UE en charge de l’action pour le climat a démarré son tour européen pour convaincre les Etats membres de suivre sa proposition: réduire de 40% les émissions nationales de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990.

De passage à Paris les 29 et 30 janvier, Connie Hedegaard a rencontré les députés de la commission des affaires européennes ainsi que Philippe Martin, ministre de l’écologie, Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et Thierry Repentin, ministre délégué chargé des affaires européennes. Objectif: activer la mobilisation autour du paquet Energie Climat 2030, présenté le 22 janvier par la Commission européenne.

 

Rendez-vous crucial les 20 et 21 mars


La France, qui accueille la Conférence des Nations unies sur le climat (Cop21), au Bourget en décembre 2015, a déjà fait savoir à Bruxelles qu’elle soutenait la réduction de 40% des émissions de GES. Mais rien n’est gagné au niveau européen. «En septembre prochain, les Nations unies organisent un sommet Climat pour donner un coup d’accélérateur avant la Cop21. Il est indispensable que l’Union européenne se mette d’accord d’ici là pour parler d’une seule voix», a déclaré la commissaire européenne, ce 30 janvier, lors d’une rencontre avec la presse. D’autant plus qu’une nouvelle commission doit être nommée à l’automne prochain. Dans l’idéal, la position des Etats membres devrait être connue les 20 et 21 mars, lors du prochain sommet européen. Mais les négociations ont déjà démarré puisque seuls 7 Etats, dont la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, ont annoncé leur soutien.

 

Les mesures de compensation hors jeu

 

Connie Hedegaard a profité de l’occasion pour défendre l’ambition du nouveau paquet européen, qui cible les seules émissions domestiques de GES, ne vise pas (encore?) d’objectif précis en matière d’efficacité énergétique et se contente d’un objectif global –et non plus par Etat membre- en matière d’énergies renouvelables, soit 27% en 2030 à l’échelle de l’UE. Les associations écologistes européennes réunies au sein de l’EEB plaidaient pour une réduction de 60%, 45% d’ENR et 40% d’efficacité énergétique en 2030.

 

«Contrairement au précédent paquet, l’objectif concernera les émissions internes et exclura les mesures de compensation. Or un quart de l’objectif fixé en 2020 (-20%) repose sur des projets de ce type, réalisés hors de l’Union. Si bien que l’objectif de 40% est plus ambitieux qu’on peut l’imaginer de prime abord», plaide Connie Hedegaard. En réalité, les Etats membres doivent réduire de 18% à 40% leurs émissions de GES en 10 ans.

 

Une politique énergétique communautaire

 

Deuxième argument: «L’objectif global de 27% d’énergies renouvelables en 2030 permet d’orienter la politique énergétique européenne vers une politique plus communautaire et moins nationalisée», ajoute la commissaire. Les Etats membres accepteront sans doute un objectif global plus facilement, mais il est moins sûr qu’ils cherchent tous à l’atteindre avec la même énergie.

 

Enfin, elle assure que l’efficacité énergétique n’est pas pour autant jetée aux orties: «Les négociations ont été reportées à plus tard pour ne pas perdre de temps sur l’objectif fondamental de réduction des émissions de GES». Un bilan de l’objectif 2020 (20%) doit être dressé par Bruxelles mi-2014. Un objectif précis pourrait ensuite être fixé à l’automne, par la nouvelle Commission.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus