Encore trop cher le véhicule propre

Le 07 septembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En convoquant, mardi, les patrons des entreprises impliquées dans le développement des véhicules électriques et hybrides, Eric Besson n’avait pas pour seul but de leur faire signer une charte d’engagements banals [JDLE].
 
Au moment où les députés examinaient le projet de loi de finance rectificative (le début de la chasse aux niches fiscales et sociales), le ministre chargé de l’industrie et de l’énergie tenait à montrer la réalité de la filière nationale du transport électrique.
 
Une filière qui a toujours besoin d’un petit coup de pouce pour se développer. L’ancien dirigeant socialiste s’est d’ailleurs dit «très optimiste» sur la prolongation pour 2012 du dispositif du bonus pour l’achat d'un véhicule électrique (5.000 euros) ou hybride (2.000 euros).
 
Le système coûte encore peu aux finances publiques: au cours du premier semestre, les particuliers ont acquis moins de 7.000 de ces véhicules décarbonés.
 
Pour autant, notre bonus-malus écologique pourrait devoir être prolongé de longues années durant avant que les véhicules propres ne soient accessibles.
 
Publié mardi, un rapport du Low Carbon Vehicle Partnership (LCVP, le lobby britannique du véhicule propre) montre que quelle que soit leur technologie, les véhicules électriques ou hybrides resteront beaucoup plus chers que leurs cousins thermiques.
 
En additionnant les coûts d’achat aux coûts d’utilisation (carburant, assurance), les experts britanniques montrent que les descendantes de la Jamais Contente coûtent encore 5.000 livres (5.700 euros) de plus à leurs utilisateurs que des petits modèles à essence ou à gazole.
 
Pour Greg Archer, il y a peu de chance pour que les véhicules «alternatifs» soient compétitifs avant 2020. Il faudra probablement une décennie de plus, estime le patron du LCVP.
 
Si elles étaient avérées, ces prévisions pourraient remettre en question les programmes de déploiement des véhicules propres. Le Royaume-Uni s’attend à voir rouler 11 millions de ces engins d’ici à 2030. Paris a prévu 2 millions de véhicules propres en moins de 10 ans.
 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus