En Suisse, on capte le CO2 de l’air

Le 01 juin 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le prototype de Climeworks.
Le prototype de Climeworks.
Climeworks

Un dispositif expérimental filtre le gaz carbonique de l’air pour l’envoyer dans des serres agricoles. Reste à savoir si un tel système est bon pour le climat?

 

Le gaz carbonique, ça fait pousser les plantes. Partant de ce postulat, deux ingénieurs suisses ont imaginé un drôle de système de captage de CO2 dans l’air. Se présentant comme une batterie de gros ventilateurs, le dispositif conçu par Christoph Gebald et Jan Wurzbacher aspire l’air ambiant. Le CO2 est fixé sur des filtres aux amines pendant que l’air décarboné est rejeté à l’extérieur. Une fois saturés, les filtres sont chauffés à 100°C et relâchent les molécules de CO2. Lesquelles sont aspirées dans un réservoir étanche, avant d’être réutilisées. Voilà pour la théorie.

900 t CO2 par an

Dans la pratique, les deux anciens élèves de l’Ecole fédérale polytechnique de Zurich (ETHZ) ont créé leur société (Climeworks) pour développer leur invention. Et celle-ci tourne depuis quelques heures! Juchés sur la toiture de l’usine d’incinération de déchets ménagers de Hinwil, près de Zurich, un groupe de 18 ventilateurs doivent capter 900 tonnes de CO2 par an, affirme Climeworks dans un communiqué.

Tomates et concombres

Le gaz doit être ensuite évacué vers des serres toutes proches. Leur propriétaire, Gebrueder Meier, espère ainsi accélérer la croissance de ses tomates et de ses concombres. L’exploitant de l’usine d’incinération s’y retrouve aussi: une partie de la chaleur fatale produite par la combustion des déchets est utilisée pour réchauffer les filtres de Climeworks.

1% du CO2 mondial

L’ambition de ses créateurs est grande. Les deux anciens étudiants de l’ETHZ espèrent convaincre les producteurs de boissons gazeuses d’utiliser leur système de captage de CO2. A l’horizon 2025, les ventilos de Climeworks, affirment-ils, pourraient chaque année capter 1% du gaz carbonique émis par les activités humaines.

Chaleur fatale

Le projet laisse rêveur. Existe-t-il un marché pour ‘recycler’ 400 Mt de CO2 par an? Près de 300 fois plus que le CO2 consommé par l’industrie mondiale des sodas. Par ailleurs, pour être intéressant au plan climatique, le système doit utiliser des sources de chaleur renouvelables. «Le problème pour le climat, c’est qu'il n'y a pas tant de chaleur perdue utilisable que cela», rappelle le climatologue Olivier Boucher (LMD). Last but not least, personne ne dispose pour le moment du bilan carbone total du dispositif suisse: fabrication, maintenance, stockage et transport du gaz carbonique.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus