- 

En santé, des placements peu éthiques

Le 05 février 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le siège londonien du Wellcome Trust
Le siège londonien du Wellcome Trust
DR

Le secteur de la santé, notamment les grandes fondations de recherche médicale, doit cesser d’investir dans l’industrie des énergies fossiles, ont estimé mardi 3 janvier des associations britanniques. Et ce de la même manière qu’il l’a fait avec Big Tobacco, pour des  raisons d’éthique sanitaire.

Selon les 4 associations à l’origine de l’appel [1], la combustion des énergies fossiles constitue «la plus grande menace sanitaire du XXIe siècle». Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution atmosphérique aurait entraîné 3,7 millions de décès prématurés en 2012. Un bilan qui ne va pas s’alléger de sitôt, et qui n’inclue pas les morts qu’engendrera le réchauffement climatique.

Comme l’industrie du tabac, dont les organisations médicales se sont massivement désengagées à partir des années 1980, «les combustibles fossiles ne peuvent plus être considérés en 2015 comme un investissement éthique», juge Martin McKee, professeur de santé publique à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, en préambule du rapport.

Et pourtant, nombreuses sont celles qui continuent à y placer leurs fonds, même s’il est difficile de connaître l’étendue du problème. Au Royaume-Uni, le Wellcome Trust, principale fondation privée médicale, a placé plus de 3% de ses 18 milliards de livres sterling d’investissements extérieurs (24 milliards d’euros) dans cette l’industrie pétrolière et minière. Soit 564 millions de livres sterling (755 millions d’euros) répartis entre Shell, British Petroleum, Rio Tinto et BHP Billiton.

La BMA ouvre la voie

En juin 2014, la British Medical Association (BMA) est devenue la première entité médicale au monde à annoncer la fin de ce type d’investissements. En 1985, elle avait déjà été l’une des premières à se retirer de l’industrie du tabac, avant d’être suivie un an plus tard par son homologue américaine, l’AMA, en 1986.

Incités en 2014 par de grandes personnalités, dont l’ancien archevêque de Johannesburg Desmond Tutu, plus de 800 autres institutions ont d’ores et déjà annoncé se désengager de l’industrie des énergies fossiles au niveau mondial. Que ce soit dans la santé ou d’autres domaines, dont l’université de Stanford et la fondation Rockefeller Brothers Fund. Ensemble, ces entités disposaient de 50 milliards d’investissements dans ce secteur.

[1] Centre for Sustainable Healthcare, Medact, Medsin, Healthy Planet UK.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus