- 

En Pologne, poêle à charbon rime avec pollution

Le 29 octobre 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les poêles et chaudières peuvent, dans certaines zones et en nombre suffisant, constituer la source principale de pollution de l’air, dépassant même les émissions du trafic routier, des activités industrielles et des centrales à charbon, selon une étude (1) co-rédigée par des membres du Centre commun de recherche de la Commission européenne (JRC).

Les chercheurs se sont penchés sur les communes polonaises autour de Cracovie (800.000 habitants) et Zakopane (28.000 habitants), villes où la majeure partie de l’électricité est produite par le charbon, afin d’évaluer l’impact sur la qualité de l’air urbain du chauffage au charbon résidentiel par rapport à d’autres sources de pollution potentielles. 20 sources principales ont été mesurées, dont de petits poêles, 52 types de particules fines ont été analysés.

Les limites de qualité de l’air européennes ont été dépassées pendant les épisodes de pollution étudiés à Cracovie, avec des polluants de l’air accompagnés de fortes concentrations en azaarène, marqueur d’une combustion inefficace du charbon. Conclusion: le chauffage résidentiel contribuait à plus de 50% des émissions des particules fines de diamètre inférieur ou égal à 10 microns (PM 10) et de 90% pour celles de benzo[a]pyrène B(a)P, composé de la famille des hydrocarbures aromatiques polycycliques, quand le trafic routier (moins de 10% des PM 10 émis et moins de 3% du B(a)P) et l’industrie (4 à 15% pour les PM 10 et moins de 6% pour le B(a)P) jouaient un rôle moindre.

(1) «Quantifying the impact of residential heating on the urban air quality in a typical European coal combustion region», Environmental science & technology, vol. 43 n°20, p. 7964–7970 (15 octobre 2009)


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus