En Nouvelle-Zélande, création d’un immense sanctuaire marin

Le 29 septembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les îles Kermadec
Les îles Kermadec
DR

La Nouvelle-Zélande va se doter d’une gigantesque aire marine protégée (AMP), équivalent au double de sa surface terrestre, a annoncé lundi son premier ministre John Key à New York, lors de l’assemblée générale des Nations unies. Y sera interdite toute interdiction de pêche ou de prospection minière, au grand dam des industriels.

D’une surface de 620.000 km2, le sanctuaire marin des Kermadec sera centré sur un archipel situé à un millier de km au nord-est de la Nouvelle-Zélande. Couvrant 15% de la zone économique exclusive (ZEE) du pays, elle constitue en fait une extension d’une aire marine protégée instaurée en 1990, qui ne couvrait que les eaux territoriales (12 milles nautiques, environ 22,2 km) autour des îles.

A forte activité volcanique sous-marine, la région est particulièrement riche du point de vue biodiversité, avec plus de 150 espèces de poissons, 88 de crustacés, 35 espèces de baleines et de dauphins fréquentant ses eaux et 3 tortues marines.

Lors de la mise en place de cette AMP, en 2016, la pêche y sera totalement interdite. Ce qui plait moyennement au syndicat néozélandais de la pêche, Seafood New Zealand, qui dans un communiqué regrette de ne pas avoir été averti pas le gouvernement, et l’appelle à faire preuve de compassion quant aux «familles dont la subsistance sera affectée».

Une opportunité pour la pêche durable

Pour John Key, la création d’aires protégées est au contraire une opportunité pour la pêche «non seulement pour nos propres pêcheries, mais aussi pour celles de nos voisins du Pacifique, en permettant la croissance économique grâce à une gestion responsable des ressources marines». Plusieurs études l’ont en effet montré: les AMP ont un rôle bénéfique sur la pêche, en permettant l’ensemencement des zones voisines.

Sera également interdite la prospection minière. Dommage pour Nautilus Minerals, déjà en cours de travail en Papouasie-Nouvelle-Guinée: la société canadienne avait déposé une demande de permis de prospection dans la zone des Kermadec, la future AMP lui coupant définitivement l’herbe sous le pied.

A ce jour, la plus grande AMP au monde demeure française: il s’agit du Parc naturel de la mer de Corail, d’une superficie de 1,3 million de km2 (soit deux fois la superficie de l’Hexagone) en Nouvelle-Calédonie. Elle pourrait être prochainement doublée par les Américains du «Pacific Remote Islands marine national Monument», centrée sur les îles de la Ligne, dont le président Barack Obama a annoncé en septembre 2014 l’extension de 225.000 km2 à 2 millions de km2. En mars, le Royaume-Uni a annoncé la création d’une réserve autour des îles Pitcairn, de 835.000 km2.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus