En Méditerranée, deux tiers des oiseaux pélagiques ingèrent du plastique

Le 28 février 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Des fragments de bouteilles plastiques ont été retrouvés dans la plupart des estomacs des oiseaux
Des fragments de bouteilles plastiques ont été retrouvés dans la plupart des estomacs des oiseaux

Les micro-déchets de plastique affectent aussi les oiseaux pélagiques, comme le révèle une étude publiée dans la revue Marine Pollution Bulletin.

 

Les chercheurs espagnols (1) ont étudié les estomacs de 171 oiseaux pélagiques de Méditerranée, de 9 espèces différentes. Tous avaient été capturés de façon accidentelle par des palangriers pêchant sur la côte catalane. Il s’agit de la première étude du genre dans le bassin méridional.

 

Résultat: les puffins cendrés (Calonectris diomedea) ont montré le taux de contamination au plastique le plus élevé, avec 94% des oiseaux. Leur estomac a révélé aussi le plus grand nombre de fragments ingérés (15 en moyenne).

 

Ensuite, 70% des puffins yelkouan (Puffinus yelkouan) et des puffins des Baléares (Puffinus mauretanicus) ont révélé une ingestion de plastique. Ces deux oiseaux sont par ailleurs menacés d’extinction selon l’Union internationale de conservation de la nature (UICN). Le puffin yelkouan est considéré comme «vulnérable» tandis que le puffin des Baléares est classé «en danger critique».

 

Les autres espèces étudiées ont montré un taux de contamination moyen de 33%.

 

Au total, deux tiers des oiseaux étudiés avaient ingéré des fragments de plastique, dont le diamètre moyen s’élève à 3,5 millimètres, pour un poids de 2,26 milligrammes. En grande majorité, ces débris proviennent de bouteilles et de boîtes, suivis par des sacs et autres emballages.

 

Les scientifiques concluent au nécessaire suivi à long terme des effets de cette pollution sur la faune marine, et à des contrôles plus stricts sur l’immersion des déchets, dans le cadre de la directive européenne Stratégie pour le milieu marin.

 

En décembre dernier, deux études britanniques publiées dans la revue Current Biology avaient détaillé l’altération des fonctions vitales des écosystèmes liée à l’ingestion de micro-plastique.

 

(1)L’étude a été coordonnée par Marina Codina-Garcia de l’Institut de biodiversité, à l’université de Barcelone.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus