En Inde, une justice pas trop sévère avec l’uranium

Le 26 août 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Jharkhandi Organization Against Radiation
La Jharkhandi Organization Against Radiation
DR

La Haute cour de justice de l’Etat du Jharkhand, dans le nord-est de l’Inde, demande à Uranium Corp. of India de mener une étude sur la présence élevée de malformations dans la population résidant près de ses mines. Seul hic, rien n’oblige l’entreprise publique à faire appel à des experts indépendants.

Si les dégâts sanitaires des mines du Jharkhand, au nord-est de l’Inde, sont connus de longue date, c’est une enquête publiée début juillet par l’agence de presse Bloomberg News qui a mis le feu aux poudres. Elle confirme l’existence de nombreuses malformations physiques chez les enfants vivant à Jadugora, ville de près de 20.000 habitants, et dans les villages environnants.

Et ce dans le déni le plus total de l’Etat et d’Uranium Corp. of India. Interpellée en février dernier par la Haute cour de justice de Ranchi, capitale du Jharkhand, la compagnie a produit une étude ne révélant aucun cas de malformation dans 16 villages à proximité de la mine. Mi-juillet, son président, Diwakar Acharya, a même affirmé à Bloomberg qu’il s’agissait de personnes «importées d’ailleurs» afin de ternir la réputation de l’entreprise!

Au-delà de cette étude plus que douteuse –au vu des photos très évocatrices d’enfants affectés-, aucune étude sérieuse n’a jamais été conduite sur le site. La Haute cour de justice de Ranchi vient de trancher, en ordonnant début août à Uranium Corp. of India d’en mener une.

Contraintes minimes pour l’entreprise

Outre des mesures de radioactivité et une évaluation de la protection, elle prône un examen de l’état sanitaire aux abords de la mine. Mais rien dans son jugement n’incite à une étude épidémiologique sérieuse, par exemple une enquête qui comparerait les taux de malformations entre des populations de villages plus ou moins proches de la mine.

Autre problème, la Haute cour n’oblige en rien l’entreprise à faire appel à des experts indépendants: Uranium Corp. of India est «libre de demander l’assistance de tout expert, de la manière dont elle le souhaite». Voilà qui promet d’ores et déjà de solides résultats.

Affirmant qu’une étude indépendante a été évoquée au sein de la Haute cour, Ananda Sen, juriste en charge du dossier, a affirmé à Bloomberg News qu’aucune agence indépendante indienne n’aurait l’expertise nécessaire à la conduite de tels travaux.

Toujours selon lui, l’Etat ne permettrait jamais qu’une agence étrangère s’immisce dans ce dossier dérangeant. «Laissons Uranium Corp. mener son étude et voyons ce qu’elle donne. Leur rapport ne sera pas définitif, la cour aura toujours la possibilité de l’accepter ou de le rejeter», affirme Ananda Sen.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus