En Inde aussi, les émissions des centrales à charbon tuent

Le 12 mars 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les émissions de 111 centrales à charbon ont été analysées par Greenpeace pour en évaluer les conséquences sanitaires.
Les émissions de 111 centrales à charbon ont été analysées par Greenpeace pour en évaluer les conséquences sanitaires.
Greenpeace

L’inde produit 70% de son électricité grâce au charbon. Une énergie essentiellement locale –le pays produit 86% du charbon qu’il consomme[1]- et bon marché, qui répond à peine à la demande en constante augmentation (10% des besoins ne sont pas satisfaits). Dans le brouet archi pollué qu’est devenu l’air des villes indiennes –circulation, émissions domestiques, industries- l’association Greenpeace, Conservation Action Trust et Urban Emissions India ont tenté d’isoler et de quantifier les émissions imputables à la seule combustion du charbon. Des estimations calculées à partir des données officielles disponibles pour 111 centrales (consommation de charbon, taux d’émissions totales, nombre de cheminées, localisation, dispersion des fumées), d’une capacité de 121 gigawatts. Le résultat n’est guère surprenant: la pollution de l’air aux particules fines causerait, chaque année, entre 80 et 115.000 morts prématurées et plus de 20 millions de cas d’asthme. Coût sanitaire: entre 3,2 et 4,6 milliards de dollars (2,4 et 3,5 milliards d'euros). C’est dans les Etats de Delhi, Haryana, Maharashtra, Madhya Pradesh, Chhattisgarh que l'on compte les effets sanitaires les plus élevés.

 

Paradoxalement, cette estimation semble légèrement moins dangereuse qu’en France. La population des régions indiennes les plus touchées abrite 242 millions de personnes, soit 3,7 fois plus que la population française. Or, l’étude Cafe-CBA de 2005 estime que la pollution atmosphérique tue prématurément 40.000 personnes par an dans l’Hexagone: de 2 à 3 fois moins qu’en Inde, «seulement».

 

Dans la plus grande démocratie du monde, seules les particules fines (PM) font l’objet de contrôles. Les rejets des autres polluants associés au charbon –SO2, NOx, mercure- ne sont pas réglementés. «Il faut réviser les standards en matière d’émission des centrales à charbon pour les PM et introduire de nouveaux standards d’émission pour les autres polluants», plaident les auteurs du rapport. «Les émissions en sortie de cheminée doivent être surveillées en continu et les données rendues publiques en temps réel. Les standards doivent être renforcés et la santé humaine placée au premier plan», estime l’étude.

 

L’Inde possède le 5e complexe de production d’électricité du monde. Sa capacité installée s’élève à 189 GW (du thermique à flamme à 80%) et sa production atteint les 855 térawattheures par an. Le secteur public, en particulier, mise sur le charbon de façon débridée en dépit du médiocre pouvoir calorifique du charbon indien[2]. La pénurie chronique d’énergie fait craindre aux écologistes que «le gouvernement ait peu d’incitation à prendre des mesures contre les centrales qui violeraient les normes environnementales», tout occupé qu’il est à satisfaire une demande exponentielle, tant chez les particuliers que dans les entreprises. Pourtant, c’est bien pour les centrales que les régulations doivent avoir lieu, car «ces émissions en sortie de cheminée peuvent être surveillées assez facilement comparativement à d’autres sources (voitures, feux de poubelles, etc.).» Le ton du rapport est assez peu optimiste quant à la volonté du gouvernement indien de réguler le secteur. «Le scénario 'Business as usual' va entraîner la perte de milliers de vies. Toute tentative d’affaiblir les règles environnementales actuelles viendront empirer une tragédie humaine déjà en cours», préviennent les auteurs.

 

http://www.cafe-cba.org/assets/baseline_analysis_2000-2020_05-05.pdf



[1] Lire à ce sujet les nombreux communiqués de Greenpeace publiés sur son site internet.

[2] A titre d’exemple, une centrale indienne doit brûler 0,72 kg de charbon pour obtenir 1 kWh, contre 0,45 kg de charbon dans une centrale américaine.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus