En Espagne, 39 nouvelles zones pour protéger les oiseaux marins

Le 21 juillet 2014 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le Puffin des Baléares fait partie des oiseaux marins menacés
Le Puffin des Baléares fait partie des oiseaux marins menacés

Le ministère espagnol de l’agriculture et de l’environnement a officiellement créé, le 17 juillet, 39 nouvelles aires marines protégées dans le cadre du réseau européen Natura 2000. Il s’agit de zones de protection spéciale (ZPS) relevant de la directive Oiseaux.

Ces nouvelles ZPS s’ajoutent aux 135 zones existantes, marines ou terrestres, désignées par les autorités régionales, ce qui élève à 50.000 kilomètres carrés la superficie des eaux espagnoles protégées au titre de la directive Oiseaux. Vingt fois plus grande que l’ancienne, celle-ci représente désormais un dixième du territoire espagnol. Elle est le fruit de longs travaux d’investigation et en particulier d’un projet Life, mené par l’association SEO Birdlife depuis 2004, pour identifier les zones et les espèces les plus menacées. Il s’agit en particulier du puffin des Baléares, du puffin de Méditerranée et du goéland d’Audouin.

Deux zones ont été oubliées dans ce classement, selon Birdlife: l’environnement marin des îles Chafarinas (où une incertitude règne quant à l’appartenance des eaux), ainsi que le détroit de Gibraltar, qui représente pourtant un couloir de migration unique pour les oiseaux marins. «La désignation de ces zones de protection marine est une réussite, mais il reste un long chemin à parcourir. A commencer par la mise en œuvre des plans de gestion qui devront être validés dans les deux ans», explique Pep Arcos, responsable du programme marin à Birdlife. Selon lui, l’exploration pétrolière ne sera pas interdite mais les projets devraient être impossibles à justifier à l’avenir. «Nous devons encore résoudre la question des oiseaux victimes des filets des pêcheurs», poursuit-il.

En février 2001, Madrid avait reçu un avis motivé de la Commission européenne pour ne pas avoir désigné un nombre suffisant de zones de protection spéciale au titre de la directive Oiseaux. Bruxelles estime qu’une superficie de 158.000 km2 devrait être visée. Selon ce texte, ces ZPS doivent protéger de toute détérioration les habitats des espèces menacées.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus