En ébullition, le monde de l’eau prépare son forum

Le 16 décembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 6e forum mondial de l’eau ouvrira ses portes le 12 mars prochain, à Marseille, pour une semaine de débats. Cet événement qui devrait accueillir plus de 25.000 participants de 180 pays, 140 délégations ministérielles, 800 intervenants, sera l’aboutissement de 18 mois de travaux préparatoires. D’ores et déjà, 7 à 8 tables rondes ministérielles sont prévues. Une dizaine de chefs d’Etat seront invités par les ministères de l’écologie et des affaires étrangères, co-organisateurs de cette grande réunion des acteurs de l’eau dans le monde.

«Nous voulons dupliquer le protocole de Kyoto», annonce François Lacroix, le directeur général adjoint de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) qui est aussi directeur du programme au secrétariat du 6e forum. «Il s’agit, en choisissant des objectifs-cibles, de mettre en place, pour les 20 plus grandes multinationales de l’eau, un mécanisme d’auto-régulation et une stratégie de réduction de leur empreinte eau.»

15 thèmes majeurs et 160 objectifs-cibles ont ainsi été fixés il y a un an par le comité d’organisation. Ces objectifs répondront à 3 directions stratégiques différentes, c’est-à-dire assurer le bien-être de tous, contribuer au développement stratégique et maintenir la planète bleue. 12 priorités d’action ont été listées. Les organisateurs espèrent pouvoir mettre en place un mécanisme de suivi des engagements pris, ce qui serait une nouveauté par rapport au 5e forum mondial d’Istanbul.

Le 13 mars 2012, un texte faisant consensus sera officiellement présenté. Le comité de négociation espère à cette occasion pouvoir annoncer une plus large ratification de la convention des Nations unies, adoptée en 1997, sur le droit relatif aux utilisations des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation. La France est devenue en janvier 2011 le 22e Etat signataire de cette convention. C’était un engagement de la France au Forum mondial de l’eau d’Istanbul en 2009. La France espère ainsi convaincre d’autres Etats d’y adhérer, au sein et en dehors de l’Union européenne. Il faut en effet totaliser 35 parties pour qu’il entre en vigueur.

Quant au budget du forum, il est estimé à près de 30 millions d’euros, financés à part égale par les secteurs privés et publics. La ville de Marseille, le conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et les conseils généraux, les collectivités locales, les ministères de l’écologie et des affaires étrangères devraient apporter environ 7 M€, et 7 autres millions de la part du public seront financés par les 6 agences de l’eau du territoire ainsi que l’Onema.

La région Paca a annoncé vouloir attribuer la moitié de son financement au forum officiel, l’autre moitié à l’alter forum qui devrait se dérouler la semaine précédent l’événement officiel.

Enfin, le forum devrait accueillir 10 à 15% d’ONG et d’associations scientifiques et techniques spécialisées dans l’eau. Certaines de ces ONG ne participeront qu’à l’alter forum, d’autres assisteront aux deux événements.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus