En Colombie, la forêt regrette les FARC

Le 26 novembre 2018 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
En Colombie, la forêt victime de la paix
En Colombie, la forêt victime de la paix
DR

Depuis l’accord de paix signé en 2016 avec les FARC, les forêts colombiennes sont plus souvent sujettes aux incendies et à la déforestation, révèle une étude publiée lundi 26 novembre dans Nature Ecology & Evolution.

Serait-ce l’exception qui confirme la règle? En général, les conflits armés constituent un danger additionnel pour la biodiversité. Exemple en Afrique, où l’argent tiré du braconnage d’animaux sauvages, dont les éléphants en première ligne, sert souvent à l’achat d’armes à feu.

Or la situation est parfois plus complexe. Exemple en Colombie, où le départ des Forces armées révolutionnaires de Colombe (FARC), depuis l’accord de paix ratifié fin novembre 2016 par le Sénat, a vu les menaces se multiplier sur la forêt. Selon l’étude menée par Dolors Amenteras, écologue à l’université nationale de Colombie à Bogota, et ses collègues, le nombre d’incendies a été multiplié par six, tandis que la déforestation s’est accrue de 52%.

La forêt, grande oubliée de l’accord

Parmi les raisons de ce phénomène, les chercheurs évoquent le fait que des parcelles forestières ont été offertes aux anciens combattants des FARC, les ouvrant ainsi à l’agriculture. Jusqu’alors, le couvert végétal constituait pour eux la meilleure protection contre un repérage aérien. De plus, l’accord comportait des mesures sur le financement de routes sur l’ancien territoire tenu par les FARC.

Si la paix est «un but en soi», les chercheurs estiment que celle-ci a trop peu pris en compte la biodiversité. Selon eux, l’accord aurait dû inclure «une meilleure surveillance en temps réel de la forêt, des programmes de rétribution des services écosystémiques, l’emploi de combattants démobilisés comme agents de protection de la forêt, ainsi qu’un marché national de permis de déforestation des bordures».



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus