- 

En Chine, le chauffage au charbon est un désastre sanitaire

Le 09 juillet 2013 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le lien entre la pollution aux particules fines et l'espérance de vie a été détaillé en Chine du Nord
Le lien entre la pollution aux particules fines et l'espérance de vie a été détaillé en Chine du Nord

Un habitant du Nord de la Chine vit, en moyenne, 5 ans et demi de moins que son voisin du Sud, en raison de la pollution atmosphérique, estime une étude publiée le 8 juillet dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (Pnas).

Réalisés par des scientifiques des Universités de Pékin, de Jérusalem et du Massachusetts Institute of Technology (MIT) (1), ces travaux détaillent pour la première fois le lien précis entre la pollution atmosphérique (en particulier aux particules fines) et l’espérance de vie.

Selon les chercheurs, la politique menée par les autorités chinoises autour de la rivière Huai He jusqu’en 2000 (distribution gratuite de charbon pour se chauffer l’hiver dans les villes situées au nord du fleuve) a accru de 55% (2) les émissions de particules en suspension, privant les 500 millions d’habitants, au total, de 2,5 milliards d’années d’espérance de vie. Un résultat dû à une forte hausse de l’incidence de la mortalité cardio-respiratoire.

Une exposition prolongée à une concentration de particules fines supérieure aux normes de 100 μg/m3 réduit en général  de 3 ans l’espérance de vie.

Entre 1981 et 2000, les concentrations en particules fines PM10 observées dans cette région se sont élevées à environ 550 μg/m3. Soit plus de deux fois plus que les standards nationaux (200 μg/m3) et 5 fois plus que les niveaux observés aux Etats-Unis avant l’adoption du Clean Air Act, en 1070.

Les scientifiques ajoutent que les données collectées entre 2003 et 2008 montrent que les concentrations en particules PM10, moins élevées qu’auparavant, s’avèrent encore supérieures de 26% au nord du fleuve Huai He. Pour vivre plus longtemps, mieux vaut définitivement vivre sur la rive sud.

(1) Yuyu Chen, Hongbin Li, Avraham Ebenstein, et Michael Greenstone

(2) par rapport aux concentrations observées au sud du fleuve

 

http://www.pnas.org/content/early/2013/07/03/1300018110.full.pdf+html



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus