En Chine, la population se révolte contre la pollution

Le 30 juillet 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Manifestation à Qidong, dans l'est de la Chine
Manifestation à Qidong, dans l'est de la Chine

Dans l’est de la Chine, des habitants de la ville Qidong, près de Shanghai, ont protesté samedi 28 juillet par dizaines de milliers contre un projet de rejet sur la côte d’effluents provenant d’une papeterie japonaise. Les manifestants ont renversé des voitures, détruit des ordinateurs, saccagé le siège du gouvernement local et même agressé des officiers de police.

Le projet de pipeline, violemment contesté, consiste à rejeter 150.000 tonnes d'eaux usées par jour lorsque la papeterie fonctionne à plein régime, selon des habitants cités par la presse locale.

Même phénomène à Shifang dans la province du Sichuan (sud-ouest). Début juillet, des manifestants ont affronté pendant plusieurs jours les forces de l'ordre avant d'obtenir l'assurance de l'abandon définitif d'un projet d'usine métallurgique polluante.

L'an dernier, la pression populaire a poussé la ville portuaire de Dalian, dans le nord de la Chine, à déplacer un complexe pétrochimique.

Les opposants aux projets polluants gagnent du terrain en Chine. Et étant donné que les mouvements de protestation gagnent en ampleur, les protestataires obtiennent de plus en plus souvent gain de cause.

«La population est en train de prendre rapidement conscience des questions environnementales et de ses droits», constate dans un éditorial, le Quotidien du peuple, l'organe du parti communiste chinois.

Les dirigeants chinois doivent être davantage à l'écoute des préoccupations de la population en matière de pollution, estime aujourd’hui 30 juillet le quotidien.

«La Chine devrait s'efforcer de mettre sur pied un mécanisme de prise de décision ouvert et transparent, et de créer un environnement tolérant pour l'opinion publique», ajoute le journal.

Résultat, peu de temps après la manifestation, les autorités locales de Qidong ont fait volte-face. Il s’agit en fait du second projet industriel abandonné ce mois-ci.

«Le mécontentement croissant des Chinois face à la dégradation accélérée de leur environnement doit être l'occasion pour Pékin de développer des industries moins polluantes», ajoute le Quotidien du peuple.

Nombre des projets qui provoquent des manifestations ont été approuvés par les autorités locales sans concertation avec les riverains des sites, poursuit le journal qui insiste sur la nécessité de promouvoir le dialogue entre citoyen et gouvernement avant de lancer des projets industriels.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus