En Californie, le West Nile s’épanouit avec la sécheresse

Le 21 octobre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La sécheresse en Californie favorise la propagation du virus du Nil occidental.
La sécheresse en Californie favorise la propagation du virus du Nil occidental.
DR

En Californie, la sécheresse pourrait être à l’origine d’une explosion des infections par le virus West Nile («virus du Nil occidental»), une maladie portée par les moustiques. A ce jour, elle a fait deux fois plus de cas que l’an dernier, selon les autorités sanitaires.

Asymptomatique dans 70% à 80% des cas, cette maladie entraîne de la fièvre chez environ 1 personne sur 5, voire une méningite parfois mortelle dans 1% des cas. Originaire des pays du Sud, son premier cas américain remonte à 1999. Elle s’est rapidement étendue aux Etats-Unis, notamment en Californie, qui connaît une explosion des cas, cette année.

Au 17 octobre, le département de santé publique de l’Etat faisait état de 562 cas, avant tout dans les comtés d’Orange et de Los Angeles, dont 74 la semaine dernière. L'an passé, à pareille époque, la Californie ne comptait que 272 cas, pour une moyenne de 173 cas sur les 5 dernières années. La maladie a tué 17 fois en 2014, contre 15 sur toute l’année 2013.

Un contact accru entre vecteurs et réservoirs

Interrogé par le San Jose Mercury News, le directeur adjoint du département californien de santé publique, Gil Chavez, estime «possible que la sécheresse ait accéléré le rythme des infections du fait de ressources limitées en eau, aussi bien pour les oiseaux [réservoirs de la maladie] que pour les moustiques».

«A la recherche d’eau, oiseaux et moustiques sont amenés à un contact plus étroit, ce qui amplifie la présence du virus. De plus, la sécheresse engendre des points d’eau stagnante, ce qui facilite la ponte des moustiques», ajoute l’épidémiologiste. Indice révélateur, 2012 et 2013, à savoir les deux premières années de sécheresse, présentaient déjà une activité élevée pour le virus West Nile, par rapport aux années précédentes.

Ce virus est avant tout porté par des moustiques du genre Culex, parfois par d’autres espèces du genre Aedes, impliqués dans la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune. Début octobre, une troisième espèce de moustique Aedes, l’Aedes aegypti, a été repérée en Californie: aucune de ces trois maladies n’a pour l’instant été répertoriée dans l’Etat.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus