En Californie, la baleine bleue a oublié la chasse

Le 08 septembre 2014 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
En Californie, la baleine bleue se porte bien
En Californie, la baleine bleue se porte bien
DR

Bonne nouvelle pour les baleines bleues: celles qui vivent dans les eaux orientales de l’océan Pacifique auraient retrouvé leurs effectifs historiques, avant les débuts de la chasse en 1905, selon deux récentes études menées par l’université de Washington à Seattle.

Plus imposant animal au monde avec ses 130 tonnes, la baleine bleue (Balaenoptera musculus) demeure une espèce en danger selon l’Union internationale de conservation de la nature (UICN). Et ce en raison d’une chasse tellement intensive que l’on se demande encore si elle pourra un jour récupérer. D’autant qu’il est difficile de connaître les effectifs avant la pêche. C’est à cet exercice que s’est livrée l’équipe de Trevor Branch, de la School of Aquatic and Fishery Science de l’université de Washington, lors d’une étude publiée dans la revue PLoS ONE.

L’une des difficultés réside dans le fait qu’il n’existe pas une seule population de baleines bleues du Pacifique, mais au moins deux: l’une vivant à l’ouest, entre le Kamtchatka et le golfe de l’Alaska, l’autre vivant à l’est, du Costa Rica au golfe de l’Alaska en passant par la Californie. Sur plusieurs emplacements, il est donc fréquent de voir les deux populations cohabiter.

Or elles disposent de chants sensiblement différents, ce qui permet de les identifier. Pour toute baleine rencontrée en un point donné, les chercheurs ont ainsi pu calculer une probabilité qu’elle appartienne à une population ou à l’autre. Grâce aux registres de chasse à la baleine dressés entre 1905 et 1971 (année d’arrêt de la chasse), les chercheurs ont estimé le nombre d’individus tués dans chaque population au cours du XXe siècle.

97% des effectifs historiques

Selon eux, 3.411 baleines bleues pêchées tout au long de cette période, soit 35% des captures totales, appartenaient à la population orientale. Avec 2.200 individus estimés de nos jours, la population se situerait à environ 97% de son niveau historique, estiment les chercheurs, qui y voient le succès d’efforts de conservation menés depuis 40 ans.

Cela pourrait expliquer pourquoi les effectifs de ces baleines bleues orientales n’augmentent plus: elles auraient tout simplement atteint un point d’équilibre. Jusqu’alors, un doute subsistait quant aux collisions avec les bateaux, accusées de brider la croissance de l’espèce.

Selon une autre étude publiée dans la revue Marine Mammal Science par la même équipe, il n’y aurait pas trop de souci à se faire de ce côté-là: certes, le nombre d’accidents, estimé à 11 en moyenne par an, demeure trop élevé. Mais il ne suffirait pas à mettre en danger l’espèce sur les côtes américaines.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus