En Australie, on menace de mort les climatologues

Le 07 juin 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’île-continent est en ébullition. Voilà des années que les politiciens des antipodes s’écharpent sur la réalité du changement climatique et les meilleurs moyens de lutter contre. Deux Premiers ministres (John Howard et Kevin Rudd) ont été victimes de ce curieux débat.
 
L’actuelle titulaire du portefeuille, la travailliste Julia Gillard, entend une bonne fois pour toutes trancher la question et donner, sous une forme ou sur une autre, un prix au carbone.
 
Ce mardi 7 juin, le ministre des finances, Wayne Swan, a réaffirmé soutenir le projet d’ouvrir dès l’an prochain un marché australien de quotas d’émission de CO2, dont le prix unitaire pourrait être fixé autour de 20 dollars (14,6 euros).
 
Un projet auquel s’oppose, souvent violemment, les conservateurs et le puissant lobby des industries extractives.
 
A mesure que prend forme la décision gouvernementale, la tension monte. Après être apparue dans une publicité appelant les Australiens à «faire quelque chose pour le climat», l’actrice Cate Blanchett a reçu des tombereaux d’insultes, notamment de journaux conservateurs et de membres de l’opposition.
 
Lassés de recevoir des menaces de mort par courriel et téléphone, les climatologues de l’Australia National University (ANU) ont obtenu que leurs coordonnées soient modifiées et non rendues publiques. Will Steffen est l’un des scientifiques les plus visés: directeur de l’institut du climat de l’ANU, il est un des principaux auteurs d’un rapport, commandé par le gouvernement, appelant l’Australie à réduire son empreinte carbone dans les plus brefs délais.
 

Moins exposées, les universités de la Nouvelle Galles du Sud et du Queensland ont, elles aussi, renforcé la sécurité de leurs climatologues, rapporteThe Canberra Times. 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus