En Angleterre, on achève bien les chevaux

Le 19 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La crise ne frappe pas que les citoyens. Mais aussi leurs meilleurs amis. Pour preuve: l’Angleterre est confrontée à une véritable épidémie d’abandon et de maltraitance de chevaux et de poneys.
 
Le prix de leur nourriture et de leur entretien ayant plus que doublé ces deux dernières années, c’est par milliers qu’ils sont relâchés dans la nature, laissés à l’abandon dans les pâturages, voire jetés dans d’anciens puits de mine.
 
En 2009, Redwings, une association de protection des chevaux, a récupéré 160 quadrupèdes, contre 450 en 2010. Ces dernières semaines, relate The Independent, ses palefreniers accueillent 10 animaux de plus par jour. Et les boxes sont pleins!
 
La RSPCA, l’une des principales ONG de soutien aux animaux du Royaume, a reçu, l’an passé, plus de 7.000 appels téléphoniques dénonçant des abandons ou des cas de mauvais traitements de chevaux et de poneys, un chiffre en hausse de 21% en un an.
 
Impressionnantes, ces statistiques reflètent sans doute imparfaitement la réalité. Car nombre de propriétaires mènent leurs bêtes à l’abattoir, pour s’en débarrasser. Les Britanniques n’étant pas particulièrement portés sur la viande équine, ce sont les zoos qui en profitent. Un tigre mange ses 15 kilogrammes de viande par jour, rappelle le quotidien.
 
Selon le ministère de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales, près de 8.000 chevaux ont été tués en 2010: 50% de plus en une année.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus