En Afrique, un tiers des plantes menacées d’extinction

Le 21 novembre 2019 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Des plantes menacées par l'homme et le climat
Des plantes menacées par l'homme et le climat

Un tiers des espèces végétales africaines sont menacées d’extinction, et un autre tiers pourraient l’être dans un avenir proche, selon une étude publiée mercredi 20 novembre dans la revue Science Advances.

Coordonnée par Thomas Couvreur, botaniste dans l’unité de recherche DIADE[i] (IRD, université de Montpellier), cette étude internationale est la première à évaluer le statut de conservation de la flore tropicale à l’échelle d’un continent, en l’occurrence sur 22.036 espèces de plantes africaines.

Pour cela, les chercheurs ont mis au point une méthode automatisée, dénommée PACA (Preliminary Automated Conservation Assessments), recourant aux principes d’évaluation de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) pour sa Liste rouge, appliquée à la base de données RAINBIO, qui recense les observations d’espèces végétales sur le continent africain depuis 1782.

31,7% d’espèces menacées

L’étude révèle que 31,7% des espèces végétales africaines, soit 6.990 d’entre elles, sont menacées d’extinction, et que 38,3% sont rares, susceptibles d’entrer dans la catégorie menacée dans un avenir proche. Le risque d’extinction est particulièrement élevé en Ethiopie, dans le centre de la Tanzanie, en Afrique de l’ouest et dans le sud de la République démocratique du Congo, avec plus de 40% d’espèces menacées.

Plus rapides et moins coûteuses que l’approche espèce par espèce de l’UICN, «ces évaluations pourraient fournir des informations cruciales pour améliorer la gestion de la biodiversité et favoriser un développement économique durable en Afrique. Elles n’ont toutefois pas vocation à remplacer les évaluations complètes réalisées par l’UICN, qui conduisent à des statuts officiels. Les deux approches sont complémentaires. Un effort international important reste à fournir pour évaluer toutes les espèces de plantes en Afrique», commente Thomas Couvreur.

15% des espèces guadeloupéennes menacées. Hasard du calendrier, le comité français de l’UICN et le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) ont publié, jeudi 21 novembre, une Liste rouge de la flore vasculaire guadeloupéenne (fougères, arbres, orchidées et autres plantes à fleurs): sur les 1.706 espèces analysées, 15%, soit 256, sont menacées d’extinction, et 110 sont quasi-menacées. Cinq espèces, dont quatre d’orchidée, ont d’ores et déjà disparu de Guadeloupe.


[i] DIADE: Diversité, adaptation, développement des plantes; IRD: Institut de recherche pour le développement