Empoignade autour de la séquestration du carbone

Le 26 juin 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’arme fatale des industriels contre le changement climatique est au cœur d’une violente polémique opposant des géologues américains. Voilà des années qu’énergéticiens, parapétroliers et experts vantent les mérites climatiques du captage-stockage géologique du carbone (CSC). Le concept est séduisant: après avoir capté le CO2 dans les effluents des centrales thermiques ou des raffineries, on l’injecte dans des structures géologiques étanches. Et le tour est joué. Problème: le système est cher et aucune cavité souterraine n’est encore qualifiée pour recevoir, du moins en Europe, les milliards de tonnes de gaz carbonique produits par le secteur énergéique et l'industrie lourde.

 

Et c’est tant mieux, disent certains géologues. Dans un article publié le 18 juin dans les Annales de l’académie des sciences américaine, Mark Zoback (université de Stanford) affirme que l’injection de grands volumes de dioxyde de carbone à haute pression est susceptible de provoquer des séismes dans les zones concernées. De quoi inquiéter les riverains et s’interroger sur la capacité de la structure géologique à retenir le gaz carbonique.

 

Ce qu’ont précisément fait les sénateurs américains, membres de la commission sur l’énergie et les ressources naturelles. Ces derniers jours, les parlementaires auditionnaient les experts de la fracturation hydraulique, elle aussi réputée génératrice de tremblement de terre. Le 8 juin dernier, un rapport de l’académie des sciences américaine mettait déjà à mal l’injection des eaux résiduaires du fracking.

 

Dans un courrier rageur, John Thompson, le patron du Fossil Transition Project (un lobby US pro-CSC) rappelle que depuis une quarantaine d’années, les pétroliers yankees ont injecté plus de 1 milliard de tonnes de CO2 sans causer le moindre problème sismique. Mieux, insiste l’expert, le sous-sol américain pourrait séquestrer un volume de dioxyde de carbone 20 fois plus grand. Sans compter les réservoirs géologiques situées au large des côtes américaines.

 

À suivre…

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus