Emmanuel Macron: un programme dans la continuité

Le 02 mars 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le leader d’En Marche! a dévoilé, ce jeudi 2 mars, son programme. Une vingtaine de milliards sont prévus pour l’environnement et l’agriculture. Cette manne financera essentiellement des programmes déjà engagés.

Emmanuel Macron avait promis de présenter un projet de contrat avec les Français. C’est finalement un programme en bonne et due forme que le leader du mouvement En Marche! a dévoilé, ce jeudi 2 mars.

Le choix du lieu de la conférence de presse ne devait rien au hasard: le pavillon Gabriel est un studio de télévision situé à quelques mètres à peine du jardin de l’Elysée.

Bien qu’il s’en défende, l’ancien ministre de l’économie de François Hollande se situe dans la continuité des deux derniers locataires du 55 faubourg Saint-Honoré. L’ancien banquier d’affaires annonce, certes, une économie nette de 60 milliards des dépenses de l’Etat, mais en recourant massivement à… l’emprunt.

Cœur nucléaire

Le cœur nucléaire de la stratégie du candidat centriste réside bien dans le soutien à de nombreux secteurs grâce à un programme d’investissement de 50 milliards d’euros, levés sur les marchés. Ce qui ressemble étrangement au Grand emprunt de Nicolas Sarkozy et aux Programmes d’investissement d’avenir de son successeur.

transition énergétique et écologique

Un petit tiers de cette manne sera «fléché» vers la transition énergétique et écologique. Sans qu’on sache très bien quelle sera la répartition des postes ni les mécanismes financiers mis en œuvre. Toujours dans la continuité, Emmanuel Macron s’engage à atteindre les objectifs fixés, en matière d’énergies renouvelables et nucléaire, par la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte. «Nous financerons le développement des énergies renouvelables: d’ici 2022, nous avons pour objectif de doubler la capacité en éolien et en solaire photovoltaïque. L’Etat devra encourager l’investissement privé pour mobiliser 30 milliards d’euros d’investissements.»

Géothermie et biomasse ultra-marins

Attentifs à tous les territoires, il propose de réduire le coût pour la collectivité nationale de l’approvisionnement énergétique des DOM-COM, notamment en y développant la valorisation de la biomasse et l’exploitation de la géothermie. Deux sources d’énergie boudées par EDF.

C’est probablement sur la lutte contre la précarité énergétique que sera mis le paquet. A l’horizon 2022, Emmanuel Macron veut avoir rénové «la moitié des logements passoires des propriétaires les plus modestes». Les travaux seront financés par une prime immédiate qui remplacera le crédit d’impôt Transition énergétique (Cite) et par un fonds public doté de 4 Md€. «Nous prendrons intégralement en charge les travaux des propriétaires les plus précaires, avec un remboursement au moment de la vente du bien.» Lesdites passoires ne pourront plus être louées à compter de 2025. Emmanuel Macron promet enfin un programme de rénovation thermique des bâtiments publics et des collectivités. Montant estimé: 4 Md€. Là non plus, il n’est pas le premier à le faire.

L’Etat subventionnera l’audit énergétique des PME. L’aide publique devra être remboursée en partie par les économies d’énergie réalisées par la suite.

Prime à la casse

S’il avait beaucoup soutenu la motorisation diesel comme ministre, le candidat Macron entend éliminer les véhicules les plus polluants produits avant 2001, d’ici 2022, grâce à une prime à la casse de 1.000 € supplémentaires par véhicule. Ce grand classique du coup de pouce aux constructeurs sera complété par un alignement, en 5 ans, des fiscalités du gazole et du supercarburant. Les voitures électriques bénéficieront du même bonus. Mieux, le réseau de bornes de recharge sera étendu. Là encore, c’est déjà prévu.

Transports toujours, Emmanuel Macron veut tout à la fois moderniser les réseaux existants et les interconnexions dans les collectivités locales, ainsi que les réseaux ferrés et routiers. Pour faciliter la mobilité des Ultra-marins, Emmanuel Macron prévoit de subventionner l’achat de 200.000 billets d’avion par an. Coût climatique annuel: 1,3 million de tonnes de CO2.

Modernisation agricole

L’agriculture sera un autre des sujets de prédilection de la présidence En Marche! Emmanuel Macron propose d’affecter 5 milliards de son Grand emprunt au secteur primaire, «pour moderniser les exploitations». Les projets de méthanisation seront soutenus, notamment par «une simplification administrative et en accélérant le raccordement au réseau électrique des unités».

Climat. Estimant que Donald Trump ferait une erreur profonde en ne respectant pas les engagements climatiques pris par son prédécesseur, Emmanuel Macron a confirmé qu’il entendait bien nouer une alliance stratégique avec la Chine sur les questions climatiques. Une idée lancée il y a quelques semaines par l’ancienne ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique Laurence Tubiana.

En 2013, Stéphane Le Foll a promis la création de 1.000 méthaniseurs en 7 ans. Un objectif déjà très ambitieux. Tout aussi ambitieux est l’objectif de mettre un terme à l’artificialisation des terres. Mais là, pas d’échéance fixée.

Ce qui vaut plutôt mieux. Car Emmanuel Macron entend relancer la construction de logements. Et pour ce faire: l’administration pourra «détendre» les règles de constructibilité au maximum, accélérer les procédures et limiter les possibilités de recours.

Paysages et avalanches

Reprenant une mesure proposée par Michel Barnier, ministre de l’environnement en 1993, Emmanuel Macron suggère de rémunérer «les agriculteurs pour les services environnementaux (entretien des paysages, pâturage des alpages qui réduisent les avalanches, etc.) qu’ils rendent, à hauteur de 200 M€ par an dans le cadre de la politique agricole commune (PAC)». Par la suite, le gouvernement du président Macron définirait un calendrier «d’élimination progressive» des pesticides et des perturbateurs endocriniens.

Pour réduire leur utilisation, les activités de conseil et de vente des pesticides seront séparées dans les coopératives. Afin de réguler la spéculation sur les terres agricoles, toutes les transactions foncières devront être avalisées par les sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (Safer).

En Marche! ira en ville aussi. Sans doute sous une autre appellation, l’administration Macron poursuivra l’expérience des territoires à énergie positive. Ils devront cette fois réduire leur empreinte environnementale en réduisant leur consommation d’énergies fossiles, en développant les énergies renouvelables locales, les nouvelles formes de mobilité et en protégeant la biodiversité.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus