Emissions de CO2: enfin une baisse?

Le 07 décembre 2015 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Moins de charbon en Chine?
Moins de charbon en Chine?
DR

En 2015, les émissions mondiales de CO2 semblent plafonner, et elles pourraient même avoir légèrement diminué pour la première fois, révèle le rapport annuel du Global Carbon Project publié lundi 7 décembre. Un résultat qui serait lié à un moindre recours de la Chine au charbon.

En pleine COP 21, l’annonce a de quoi réjouir: après une croissance de 0,6% entre 2013 et 2014, les émissions de CO2 liées aux énergies fossiles et à l’industrie pourraient avoir baissé de 0,6% en 2015. Selon le Global Carbon Project, les émissions ont été de 35,7 milliards de tonnes de CO2 (GtCO2) en 2015, contre 35,9 GtCO2 en 2014.

Publiés dans Nature Climate Change, ces chiffres sont à prendre avec des pincettes, l’intervalle de confiance se situant entre une baisse de -1,6% et une hausse de 0,5%. Il est donc bien trop tôt pour affirmer que l’humanité a dépassé son pic d’émissions. Toutefois, ces résultats marquent une rupture, même si celle-ci n’est peut-être que temporaire, avec la décennie précédente (2004-2013), lorsque la hausse annuelle était de 2,4%.

La Chine se met aux renouvelables

Le mérite en revient en grande partie à la Chine (27% des émissions de CO2 en 2014), dont les émissions auraient baissé de 4% en 2015 –là aussi avec une marge d’incertitude n’excluant pas une légère hausse. Il s’agit là d’un net progrès par rapport à la hausse annuelle de 6,7% observée entre 2004 et 2013. Pour la première fois, le recours au charbon a diminué en 2015, après avoir plafonné en 2014. Et 58% de la nouvelle production énergétique provient des renouvelables.

Si les Etats-Unis (15% des émissions en 2014) poursuivent sur leur lancée de -1,4% par an, c’est l’Union européenne (10% des émissions) qui enregistre la baisse la plus rapide, à raison de 2,4% au cours de la décennie 2004-2013. Cette tendance s’est longtemps expliquée par des transferts vers les pays émergents, mais ceux-ci semblent avoir diminué depuis 2007, indiquent les chercheurs du Global Carbon Project. Quant à l’Inde (7% des émissions), elle poursuit sa hausse, compensant la baisse de l’UE, qu’elle pourrait dépasser d’ici trois ans.

Le crédit carbone se réduit

Si la nouvelle est encourageante, elle ne constitue qu’un frémissement dans une poursuite inéluctable du réchauffement, qu’il sera bien difficile, malgré un possible accord à la COP 21, de maintenir en dessous de 2°C.

«Les émissions mondiales devront diminuer jusqu’à près de zéro pour que l’on puisse espérer stabiliser le climat. Or nous continuons à émettre environ 36 GtCO2, rien qu’avec les énergies fossiles et l’industrie», explique Corinne Le Quéré, du Tyndall Centre for Climate Change Research (Norwich, Royaume-Uni).

Entre 1870 et 2015, l’humanité a émis 2.035 GtCO2, en tenant compte des énergies fossiles, de l’industrie et des changements d’usage des sols. Pour rester en dessous de 2°C, il ne reste plus que 865 GtCO2, soit 15 à 30 ans au rythme actuel en tenant compte des incertitudes.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus