Emerit au service des petits industriels

Le 12 décembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une action collective en Haute-Normandie, Emerit, donne à de petits industriels les moyens de faire un état des lieux de leur situation environnementale. Une intervention qui comprend aussi la remise d'un plan d'actions qu'ils sont libres de suivre.

L'action collective «Enjeux maîtrise environnement et risques industriels territoriaux» dite Emerit, fondée en Haute-Normandie et active formellement depuis novembre 2004, dispense déjà aide, conseils et formations à 29 petits industriels de tous secteurs d'activité. Initiée par un réseau de partenaires professionnels et d'élus, et accompagnée financièrement par l'Union européenne, l'Etat et le conseil régional, Emerit est née du besoin des PME, qui n'en ont pas forcément le temps ni les moyens, d'être aidées dans une démarche environnementale, mais aussi à la demande des grands industriels qui souhaitent avoir des sous-traitants répondant à certaines normes environnementales.

Emerit propose une intervention sur le terrain d'une dizaine de jours pour 1.200 euros, «autant dire une faible somme puisque c'est à peu près 10% du montant que demanderait un bureau d'étude. C'est souvent un facteur de motivation pour les entreprises qui veulent faire un point sur leur situation environnementale», assure Vincent Carpentier, coordonnateur de l'action et conseiller environnement de l'Union des industries chimiques (UIC). Emerit se décline dans un premier temps en un diagnostic personnalisé sur 3 axes: réglementation, maîtrise des risques et organisation, qui va notamment donner des éléments sur les compétences internes pour mener à bien cette démarche. Ensuite, Emerit remet un plan d'actions adapté aux spécificités des sites, mais qui reste incitatif. Les chargés de mission effectuent postérieurement des visites périodiques pour se rendre compte des améliorations réalisées. «Certaines entreprises apportent des améliorations petit à petit mais l'important c'est qu'elles avancent et à leur rythme», poursuit Vincent Carpentier.

Les principales actions mises en avant dans les plans consistent souvent en une meilleure prise en compte de la réglementation, une plus grande appropriation afin de mieux pouvoir l'anticiper, mais aussi en un suivi plus scrupuleux des paramètres environnementaux, comme les consommations d'eau et d'énergie ou la gestion des déchets, ce qui permet de faire des gains. Autres types d'action: une plus grande ouverture vers les élus et les riverains ou l'amélioration de l'approche de la gestion de crise. «Nous travaillons aussi à démystifier les services de l'Etat ou à mieux connaître les organismes qui peuvent les aider et subventionner certains de leurs projets», ajoute le coordonnateur.

Emerit a pour objectif d'intervenir dans 100 petites industries d'ici 2007 et dispose pour cela d'un budget de 1,64 million d'euros. «Nous espérons bien poursuivre au-delà de cette échéance pour en faire profiter les quelques milliers de PME du département», conclut Vincent Carpentier qui se penche aussi sur d'autres projets en faveur des industries, comme la maîtrise du risque inondation.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus