Embellie pour le solaire aux Etats-Unis

Le 18 juillet 2011 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

2011 devrait être une nouvelle année record pour le solaire aux Etats-Unis. La Californie continue de tirer la demande et pourrait devenir leader des centrales à concentration. Mais la baisse des subventions et la concurrence chinoise pèsent sur l’avenir. Tels sont les messages lancés lors du salon InterSolar qui s’est tenu la semaine passée à San Francisco.

«Les Etats-Unis pourraient dépasser l’Europe et devenir le premier marché du solaire mondial d’ici 4 à 5 ans», s’enthousiasmait Thomas Kimbis, vice-président pour les affaires extérieures et stratégiques de l’Association américaine des industries de l’énergie solaire (SEIA, selon l’acronyme anglais), lors d’une téléconférence fin juin. Une vision optimiste car aujourd’hui ce sont bien l’Union européenne (UE), Allemagne en tête, et la Chine, qui dominent le marché. En 2010, l’UE a représenté 83% de la demande tandis que la Chine et Taïwan ont fourni 54% des équipements solaires. Les Etats-Unis ne représentent que 6% de la production et 4% de la demande. Le ralentissement prévu des marchés européens, Italie et Allemagne notamment, devrait toutefois profiter au marché américain. Plusieurs entreprises étrangères se sont implantées récemment aux Etats-Unis, à l’instar du leader chinois Suntech. Le cabinet Naviguant Consulting prédit une augmentation de la demande américaine en 2011, entre 1,1 et 1,6 gigawatt crête (GWc), et jusqu’à 35 GWc en 2014 selon un scénario de «croissance accélérée».
 
En 2010, plus de 900 mégawatts crête (MWc) de systèmes photovoltaïques ont été installés outre-Atlantique, soit près du double de 2009 et de la capacité française (500 MWc en 2010), mais loin derrière celle de l’Allemagne (7 GWc). Et 2011 devrait être une belle année encore selon les prévisions des analystes et les résultats du premier trimestre (+66% d’installations par rapport à 2010).
 
«La croissance a été tirée par l’installation de centrales de grande taille financées par les entreprises électriques qui doivent se conformer aux objectifs d’énergies renouvelables imposés par la législation locale des Etats», a expliqué Stephan Pietzsch, analyste chez EuPD Research, au congrès InterSolar North America. Les Etats-Unis sont en passe de devenir le leader mondial du solaire à concentration avec 1.100 MW en cours de construction et plus de 9.000 MW en projet. La Californie se distingue avec le plus grand nombre de projets. «En 2010, nous avons accordé des permis pour 5,5 GWc de projets solaires et nous attendons 4 GWc de nouveaux projets en 2011», affirme Michaël Picker, conseiller du gouverneur de Californie pour les énergies renouvelables. En juin, le gouvernement fédéral a ainsi accordé une garantie d’emprunt de 2,1 milliards de dollars à l’Allemand Solar Millenium pour construire une centrale solaire thermodynamique de 1 GWc. Certains projets pourraient toutefois être annulés à cause de difficultés financières ou d’oppositions de riverains. Parmi les autres écueils du marché américain figurent la faiblesse des infrastructures et la lourdeur de la bureaucratie. «Il faut attendre 9 à 12 mois pour obtenir un permis d’’installation solaire contre 2 à 3 semaines en Allemagne», souligne Markus Elsaesser, directeur du salon Intersolar.
 
Tous secteurs confondus, la Californie reste leader du marché avec 289 MWc installés en 2010. Le conseil EuPD Research anticipe 430 MWc pour 2011 et 1.400 MWc en 2013. Une croissance qui devrait être tirée par l’augmentation de la demande en électricité due au développement économique et démographique. A ce jour, la capacité totale installée est de 883 MWc en Californie. Berceau historique de l’industrie solaire, le «Golden State» ne représente pourtant plus que 23% du marché américain, contre 52% en 2009 et 80% en 2006. Cela s’explique par le développement du solaire dans d’autres Etats, notamment dans le nord-est et avec de nouveaux entrants comme le Nouveau Mexique et le Texas. L’Etat le plus riche des Etats-Unis devrait cependant regagner des parts de marché dans les prochaines années. Ses atouts? L’une des régions les plus ensoleillées du monde, dotée d’une population sensible aux questions environnementales, elle bénéficie d’un soutien politique fort. Son objectif de produire le tiers de son électricité à partir d’énergies renouvelables en 2020 est des plus ambitieux, mais à portée de main. Cette année, un électron sur cinq est déjà d’origine renouvelable et nombre d’observateurs pensent que l’objectif «2020» pourrait être atteint dès 2017. Le nouveau gouverneur Jerry Brown s’est, quant à lui, engagé à atteindre une capacité de production «verte» de 12 GW en 2020.
 
En dépit de ces perspectives encourageantes pour le marché américain, de nombreuses incertitudes demeurent. «L’expiration fin 2011 de la principale subvention fédérale prisée par les entreprises pour financer leurs projets à grande échelle est une menace», souligne Paula Mints, directrice de l’énergie chez Navigant Consulting. 2012, année électorale, ne sera pas non plus propice à de nouvelles actions politiques. Les crises budgétaires au niveau fédéral et des Etats mettent en outre les subventions en péril. Le New Jersey a ainsi revu à la baisse son objectif d’électricité d’origine renouvelable à 22,5% contre 30%, et va sortir de l’initiative régionale sur les gaz à effet de serre. La faiblesse de l’économie et la délocalisation de la production en Asie ne portent pas non plus à l’optimisme. «Les Américains voient la valeur de leurs propriétés diminuer et sont moins enclins à investir dans le solaire», ajoute Paula Mints. Un obstacle auquel entend s’attaquer l’ONG Sierra Club qui a lancé un programme de location de panneaux solaires en partenariat avec des industriels. Face aux bas coûts de la production chinoise, la Californie pourrait utiliser son atout principal, à savoir l’innovation.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus