Elfe recherche 7.400 nouveaux bébés

Le 30 novembre 2011 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Elfe, l’étude dont l'objectif est de suivre 20.000 enfants pour connaitre l'influence de l'environnement sur leur vie, recrute de nouveaux bébés.

Pendant 20 ans, ces enfants seront surveillés par une soixantaine d’équipes de chercheurs afin de mieux comprendre l'impact de l'environnement -de la pollution intérieure et extérieure à l'alimentation, en passant par les inégalités devant les soins de santé- sur leur évolution (voir JDLE).

Elfe entre maintenant dans la dernière phase de recrutement. Les organisateurs espèrent en effet pouvoir inscrire 7.400 nouveaux bébés entre le 28 novembre et le 5 décembre. Depuis le printemps 2011, 12.600 bébés ont déjà intégré l'étude à partir des maternités de métropole associées à cette grande enquête, la première du genre en France.

«Nous espérons atteindre, au final, 18.500 enfants», a indiqué Marie-Aline Charles, directrice de l'étude Elfe, pilotée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et l'Institut national d’études démographiques (Ined).

Elfe devrait contribuer à apporter des réponses touchant la santé respiratoire, l'obésité, ou encore les conséquences à long terme des accidents de l'enfant, en particulier les traumatismes crâniens, souvent mal connues.

En matière d'obésité, c'est le rôle de l'environnement nutritionnel précoce -état nutritionnel de la mère, du père, alimentation du petit enfant- qui sera exploré. La corpulence de la mère avant la grossesse, sa prise de poids et son alimentation pendant la grossesse pourraient en effet influencer le risque d'obésité de l'enfant.

L'influence des variations de poids, et notamment d'un régime pour maigrir dans l'année précédant la grossesse, sur la croissance du fœtus et l'évolution du poids de l'enfant vont être étudiés. «Il y a un rattrapage, dès la naissance, chez un bébé dont la mère ne mange pas assez; il grossit plus vite que les autres. Cela semble favoriser le risque de surpoids ou d'obésité», selon cette spécialiste.

Les pères seront également interrogés sur leur alimentation avant la conception. Ce facteur pourrait également jouer un rôle sur le développement de l'enfant, ajoute la directrice de l’étude.

La fréquence de l'obésité est passée de 5,5% en 1996 à 12,3% en 2009 chez les femmes âgées de 25 et 34 ans. Nourriture riche, baisse d'activité physique et susceptibilité génétique sont mises en cause. La prise de poids pendant la grossesse est passée de 10 kilogrammes dans les années 1970 à 12 kg dans les années 2 000. 20% des enfants de 1 an consomment déjà des frites chaque semaine, selon une étude de 2005.

Autre aspect de l'étude, elle va essayer de déterminer les effets de la qualité de l'air intérieur pendant la petite enfance sur la santé respiratoire ultérieure de l'enfant.

«Le développement pulmonaire a lieu avant la naissance, mais la maturation respiratoire se fait entre la naissance et 18-20 ans», souligne la professeure Chantal Raherison, responsable du groupe Asthme, maladies respiratoires et allergies d'Elfe. D'où l'exploration du rôle de la pollution sur le capital souffle des enfants, en particulier les moisissures intérieures qui peuvent favoriser l'asthme.

«L'asthme tue plus de deux personnes par jour (environ 1.100 décès/an) et concerne 10% des enfants», complète-t-elle.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus