Electroniques verts : Philips en hausse, Apple en baisse

Le 03 novembre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

L’écart grandit entre les entreprises qui innovent pour rendre leurs produits plus respectueux de l’environnement et de la santé et celles qui ne le font pas, indique l’ONG Greenpeace dans la dernière édition de son guide sur les produits électroniques Verts mis en ligne le 26 octobre.

Nokia et Sony Ericsson demeurent en tête de ce classement avec des notes de 6,9 et 7,5 sur 10, suivis par Philips et HP (5,5), tandis que Nintendo, Microsoft et Toshiba sont dans le rouge avec une note inférieure à 3.

Greenpeace félicite Philips pour avoir mis sur le marché la première télévision exempte de PVC (une substance très persistante dans l’environnement et à l’origine d’émissions polluantes) et de retardateurs de flamme bromés (des substances persistantes dans l’environnement et potentiellement dangereuses pour l’homme). Les autres fabricants de téléviseurs n’ont désormais plus d’excuse pour lui emboîter le pas, souligne Greenpeace.

D’autres produits exempts de ces deux substances sont commercialisés par Acer, Wipro, HCL et HP. En revanche, Toshiba, LGE, Samsung, Dell et Lenovo ne proposent toujours pas de gamme complète de produits verts. Toshiba et Microsoft ont également des points de pénalité pour ne pas avoir tenu leurs engagements.

Apple connaît la plus forte chute, en passant de la 5e à la 9e place, non pas à cause de points de pénalité mais parce qu’elle est dépassé par d’autres entreprises. LGE et Toshiba, récemment encore parmi les leaders, sont retoqués à la 14e et 16e place.

Panasonic est une des seules entreprises à recevoir un bon score pour une initiative de reprise volontaire et de recyclage, en l’occurrence pour ses télévisions en Inde. Un constat partagé par les associations écologistes françaises les Amis de la terre et le Cniid qui dénoncent, à la veille du 4e anniversaire de la filière de collecte sélective et de valorisation des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE), « un bilan médiocre où 60 % de ces déchets ne sont toujours pas collectés séparément ». Elles s'insurgent de l'absence d'efforts pour la réduction des déchets, aussi bien en quantité qu'en nocivité, et dénoncent les durées de vie trop limitées des produits mis sur le marché qui contribuent au gaspillage et à l'épuisement des ressources naturelles.

Dans le JDLE « Electroniques «verts»: des progrès selon Greenpeace »

Dans le JDLE « Iphone : le smartphone à l'empreinte inconnue »

Dans le JDLE « L'IPad, "un gadget nuisible" selon les Amis de la Terre »

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus