Électricité verte: l’Ademe veut un label

Le 04 décembre 2018
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La micro-hydroélectricité: championne de France de l'électricité vraiment verte.
La micro-hydroélectricité: championne de France de l'électricité vraiment verte.
DR

 

La plupart des offres françaises d’électricité verte ne contribuent pas au développement des énergies renouvelables, déplore l'Ademe.

 

Hier marginales, les offres d’électricité d’origine renouvelable sont désormais pléthore. «La demande a en effet plus que doublé en trois ans pour atteindre 5% de la consommation totale d’électricité en France», estime l’Ademe, dans un avis publié lundi 3 décembre. Or, souscrire à l’une de ces offres ne contribue pas toujours au développement du solaire ou de l’éolien.

deux offres

Concrètement, deux types d’offres se disputent le marché. Les premières proposent une électricité effectivement produite par des fermes éoliennes, des parcs photovoltaïques ou des micro-centrales hydroélectriques. En France, Enercoop, Ilek et Energie d’Ici sont les trois seuls champions de ce courant vert-là.

le mystère des GO

Plus fréquemment, le verdissement de l’électron est obtenu grâce à l’achat par le distributeur d’un nombre de garanties d’origine [GO] correspondant au volume d’électricité livrée. «Les différences entre les offres d’électricité verte sont souvent méconnues et peu lisibles pour les consommateurs», résume l’Ademe. Tout aussi problématique: ces dernières offres n’ont pas contribué à accroître le parc de production renouvelable.

«standard» vs. «premium»

Pour réduire cette méconnaissance, le bras séculier du ministère de la transition énergétique propose la création d’un label qui distinguerait le courant vraiment vert de celui dopé aux GO. Une offre «standard» se limiterait à l’achat séparé de l’électricité et des GO quand l’offre «premium» impliquerait l’achat de l’électricité et des GO au même producteur.

«Dans un futur assez proche, avec la baisse des prix des renouvelables (photovoltaïque et éolien notamment), ce type d’offre pourrait contribuer directement au développement de nouvelles installations renouvelables.»

Ne reste plus qu’à produire le label et à le faire accepter par les distributeurs.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus