Electricité: Londres et Oslo tirent le plus long câble sous-marin du monde

Le 27 mars 2015 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Il faudra tirer un câble de 44.000 t sur 740 km.
Il faudra tirer un câble de 44.000 t sur 740 km.
NSN

Le Royaume-Uni peut être fier de ses performances climatiques. Jeudi 26 mars, le ministère de l’énergie et du changement climatique (DECC) a confirmé une chute de 8% des émissions britanniques de CO2 entre 2013 et 2014.

Une performance largement imputable à la douceur du climat, à la baisse de la consommation de charbon. Et à un accroissement de la production d’électricité d’origine renouvelable. L’an passé, près d’un électron sur 5 a été généré par des éoliennes, des barrages ou des centrales photovoltaïques.

Londres entend d’ailleurs massivement recourir au courant vert pour réduire son bilan carbone. Sans forcément couvrir la Grande-Bretagne et son littoral d’aérogénérateurs.

un câble de 44.000 tonnes

Jeudi 26 mars, les dirigeants des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité britannique (National Grid) et norvégien (Statnett) ont signé un accord très attendu. Au terme de cette convention, les deux entreprises vont construire le North Sea Network (NSN), un câble électrique sous-marin reliant, en courant continu, la Norvège au Royaume-Uni. Coût des travaux: 2 milliards d’euros, partagé à parts égales par les deux entreprises. Long de 740 kilomètres (un record du monde!) et affichant ses 44.000 tonnes, le lien devrait être opérationnel d’ici 2021. Sa puissance atteindra 1.400 mégawatts.

Capable de faire circuler l’électricité dans les deux sens, le NSN servira surtout à verdir l’électricité britannique. Son point de départ, en Norvège, sera d’ailleurs situé à Kvilldal, à quelques encablures du barrage éponyme: le plus puissant du royaume scandinave (1.240 MW).

Fin février, National Grid et son homologue belge, Elia, ont signé un accord portant sur la construction d’un autre câble sous-marin (de 1.000 MW de capacité) pour relier la Belgique au Royaume-Uni. Deux autres projets comparables sont actuellement en négociation, avec la France et le Danemark.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus