Electricité: les Belges peuvent préparer leurs bougies pour l’hiver

Le 27 août 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Centrale de Doel. En Belgique, le nucléaire représente, en principe, la moitié de la capacité de production d'électricité.
Centrale de Doel. En Belgique, le nucléaire représente, en principe, la moitié de la capacité de production d'électricité.

Le Royaume va manquer de courant cet hiver. Il se préparer à gérer la pénurie. Une situation qui touche non seulement les Belges mais aussi leurs voisins.

La Belgique n’est pas en situation de pénurie d’électrons. Pour le moment, du moins. Mardi 26 août, au cours d’une conférence de presse, les dirigeants d’Elia (gestionnaire du réseau de transport d’électricité) ont toutefois indiqué que l’hiver pourrait être douloureux pour les consommateurs d’outre-Quiévrain.

Renouvelables et nucléaire

Plusieurs raisons expliquent cette fragilité du système électrique belge. L’essor des énergies renouvelables (14% des capacités de production) a considérablement réduit le temps de fonctionnement (et la rentabilité) des unités thermiques à flammes. Moins rentable et vieillissant, le parc classique devrait prochainement être amputé des plus anciennes centrales à gaz.

La Belgique a aussi prévu de sortir du nucléaire. Le changement de bouquet énergétique doit, en principe, débuter dès l’an prochain avec la fermeture définitive des tranches 1 et 2 de la centrale de Doel, qui fêteront alors leurs 40 ans de service. également âgé de 40 ans l’an prochain, Tihange 1 devrait pourtant pouvoir fonctionner 10 années supplémentaires (jusqu’en 2025 donc) pour réduire les risques de ruptures d’approvisionnement.

Les cuves de réacteurs fissurées

Problème: la découverte, en 2012, de microfissures dans la cuve des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 a obligé l’exploitant, GDF Suez, à les arrêter. Les autorités n’envisagent pas leur redémarrage avant le printemps prochain. Au mieux. Par ailleurs, la turbine du 4e réacteur de la centrale de Doel est endommagée. Avec ces trois tranches indisponibles, c’est plus de la moitié de la capacité de production atomique belge qui se trouve désormais hors-service pour une période indéterminée.

Structurellement dépendante

Résultat: «La Belgique va être structurellement dépendante de ses importations pendant tout l’hiver», concède Elia. Le gestionnaire du réseau de transport (GRT) craint tout particulièrement les jours froids sans vent et peu ensoleillés. Privé de ses éoliennes et de son photovoltaïque, le Royaume sera alors incapable de satisfaire à ses besoins électriques.

En pareil cas, des coupures tournantes seront organisées, entre 18 et 20 heures, d’abord dans les zones rurales. Ceci afin d’éviter un trop grand déséquilibre entre l’offre et la demande d’électricité, ce qui pourrait provoquer l’effondrement du réseau électrique belge, voire européen. Une situation qui n’a rien d’improbable. Le 4 novembre 2006, 15 millions d’Européens ont été plongés dans le noir, en raison du manque de coordination entre deux gestionnaires de réseau… allemands.

Une maxi amende pour les électriciens imprévoyants

Pour éviter pareil scénario, Elia incite les producteurs et distributeurs d’électricité à prendre leurs précautions. Le GRT prévoit de se servir de son arme suprême: le tarif de déséquilibre. Appliquée aux acteurs du marché de gros, cette mesure prévoit que les électriciens qui n’auront pas suffisamment de courant pour satisfaire les besoins de leurs clients seront pénalisés à hauteur de 4.500 euros le mégawattheure manquant. A contrario, les électriciens qui, en démarrant des centrales de pointe ou en important du courant, pourront vendre le MWh à ce même prix exorbitant à leurs confrères nécessiteux. Toutes les dispositions de prévention des coupures hivernales seront bientôt connues. Le gouvernement fédéral doit présenter le 3 septembre prochain son plan d’urgence en cas de manque de courant.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus