Electricité: l’Europe passe à côté du Black-out

Le 14 janvier 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le réseau a connu un chute de tension.
Le réseau a connu un chute de tension.

Pendant quelques heures, le réseau de transport d’électricité européen a vu baisser sa tension.

 

Douze ans après la grande panne de novembre 2006, l’Europe a failli revivre un black-out de grande ampleur. Dans la soirée de jeudi 10 janvier, le gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, RTE, a pris des mesures d’urgence: demander aux industriels ayant signé des contrats d’interruptibilité de cesser immédiatement leur soutirage d’électricité; et imposer le redémarrage de la centrale thermique (à charbon) de Cordemais (Loire-Atlantique), dont les exploitants étaient pourtant en grève depuis le début du mois de décembre.

Equilibrer demande et production

Inhabituelles, ces deux dispositions visent à réduire l’écart entre la production d’électricité et la consommation. Ce qui se traduit par une baisse de la tension circulant sur le réseau de transport. A trop s’éloigner de la norme (50 hertz en Europe occidentale), la tension en chute libre peut provoquer des coupures locales, voire un black-out, indique la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Pour éviter d’en arriver là, il faut réduire la demande et relancer des productions stables: thermiques ou nucléaires. Ce que RTE, les industriels électro-intensifs et EDF ont réussi à faire.

Enquête européenne

Pour le reste, c’est le grand flou. La ou les raisons précises qui ont produit ce déséquilibre entre production et consommation restent inconnues, pour le moment. A la demande de la CRE, RTE va se joindre à ses homologues européens, réunis au sein de l’association européenne Entso, pour identifier les causes de cet événement et proposer des mesures correctives. Selon les premiers résultats de l’enquête, un incident survenu sur une interconnexion germano-autrichienne pourrait être l’une des causes de ce grand dysfonctionnement.

Un problème de mesure électronique de la charge sur les lignes connectant l'Allemagne et l'Autriche serait à l'origine d’une baisse de la fréquence moyenne dans le réseau européen interconnecté. "La ligne indiquait une charge erronée. Il y avait moins d’énergie sur le système que ce que les senseurs rapportaient, ce qui a entrainé une baisse de la fréquence moyenne", indique-t-on chez Entsoe. Un incident qui pourrait être imputable au mauvais temps sur la frontière austro-allemande.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus