Electricité: l’Europe alimentée par la Tunisie?

Le 08 septembre 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A terme, la puissance de la centrale pourrait atteindre 4500 MWc.
A terme, la puissance de la centrale pourrait atteindre 4500 MWc.
TuNur

TuNur propose de construire 4,5 GWc de centrales solaires à concentration (CSP) en Tunisie pour abreuver l’Europe d’électricité verte. Reste à sécuriser le modèle économique.

 

C’est officiel. TuNur a déposé il y a quelques semaines une demande de construction d’une centrale solaire en Tunisie. De quoi relancer un vieux rêve: alimenter l’Europe en électricité renouvelable produite au Maghreb. L’idée avait été caressée plusieurs années durant par des industriels allemands dans le cadre du vaste projet Desertec. Cette fois, c’est le Britannique Kevin Sara qui est à la manœuvre. Diplômé de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, cet anglo-américain né en Allemagne propose de construire des centrales solaires thermodynamiques dans le très ensoleillé désert tunisien et de vendre sa production d’électrons verts en Europe.

Première tranche de 125 MWc

Après avoir constitué un solide dossier (études d’impact et d’ensoleillement, gel des terrains), cet ancien de Salomon Brothers a dégoté des investisseurs capables de décaisser 1,6 milliard d’euros pour financer la première phase de l’opération: un fonds de pension australien et un investisseur chinois. «Dans un premier temps, nous voulons construire une tranche de 125 mégawatts crête (MWc) près de Réjim Maâtoug [gouvernorat de Kébili, sud-ouest du pays, ndlr]. L’électricité devant ensuite être acheminée, via un câble sous-marin à courant continu de 250 MW, jusqu’à Malte», précise-t-il. Si les discussions aboutissent, un développeur de data centers local pourrait racheter l’intégralité de cette première production.

4.500 MWc en perspective

Car Kevin Sara n’entend pas en rester là. En perspective, la réalisation de 4.500 MWc de capacités solaires d’ici 2024. Techniquement, les centrales de TuNur coupleront du solaire thermodynamique (comme la française Thémis) avec des systèmes de stockage de la chaleur par sels fondus. «L’intérêt des centrales solaires à concentration est de pouvoir, grâce au stockage d’énergie, produire de l’électricité 24 heures sur 24», souligne Kevin Sara. Une telle capacité nécessitera de tirer deux autres câbles de 2.000 MW chacun: l’un atterrant dans le nord de l’Italie, l’autre dans le sud de la France.

Moins cher que l’EPR

Reste à sécuriser le modèle économique. N’espérez pas arracher de la bouche de l’entrepreneur britannique ses coûts de production. «Nous serons bien moins cher que l’électricité produite par la centrale nucléaire de Hinkley Point C[1]», affirme-t-il. Au Maroc, les experts affirment que le coût de production de la centrale Noor flirte avec les 150 euros le mégawattheure. Une récente étude de l’Ademe[2] estime le prix de l’électricité thermodynamique entre 150 et 300 €/MWh, selon la technologie déployée et l’ensoleillement du site.

Même si les coûts des CSP baissent de 10% l’an, comme l’affirme Kevin Sara, l’électron vert tunisien n’est pas forcément le plus compétitif. Les derniers appels d’offres d’éolien marin aux Pays-Bas ont été remportés à des prix inférieurs à 55€/MWh. D’où l’importance pour TuNur de bénéficier de tarifs d’achat attractifs. Demande a été envoyée à la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC). Elle reste pour le moment sans réponse.



[1] EDF prévoit de vendre l’électricité produite par deux réacteurs EPR de Hinkley Point C à 109 €/MWh pendant 35 ans.

[2] Ademe: Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus