EGA: un projet de loi qui sonne creux

Le 16 mai 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
10 mois pour accoucher d'une souris?
10 mois pour accoucher d'une souris?
DR

50 associations dénoncent un texte vidé de tout engagement ambitieux au plan climatique, environnemental ou social. L’examen du texte débute le 22 mai à l’Assemblée.

«Une coquille vide.» Le constat est tranché et sans appel: le projet de loi ‘Agriculture et alimentation’ que s’apprêtent à examiner les députés à partir du 22 mai ne satisfait pas les organisations membres de la plateforme citoyenne pour une transition agricole et alimentaire[1]. Mais alors pas du tout. Si elles saluent tout de même «une gouvernance participative et inclusive» qui a permis «d’inscrire certaines propositions et conclusions ambitieuses pour la transition agricole et alimentaire», la liste de leurs déceptions est longue comme un jour sans pain, tant pour les plans de filière que pour les plans thématiques. Le climat? Quasi absent. Les pesticides? Circulez, y’a rien à voir. Les 20% de produits bio dans la restauration collective d’ici 2022? Pas de financement spécifique. Le plat végétarien hebdomadaire, plébiscité par la consultation citoyenne? Passé à la trappe par le gouvernement. Et cetera.

Sortie du glyphosate?

Le passage devant la commission du développement durable avait redonné quelques espoirs aux associations, vite enterrés par les députés siégeant à celle des affaires économiques. Mais il est encore temps de redresser la barre, croient-elles, si le gouvernement donne son feu vert. Les volte-face sur le glyphosate prendront-elles fin avec cette loi? Les associations demandent que son interdiction à trois ans soit actée. «Où sont les nécessaires engagements pour réduire la contamination de notre alimentation (résidus de pesticides, perturbateurs endocriniens, huiles minérales, additifs controversés pour la santé, nanomatériaux, etc.) et mieux protéger la santé des agriculteurs et des consommateurs?», demandent-elles, réclamant au passage l’instauration de zones sans pesticides de synthèse aux abords des habitations. Elles s’inquiètent aussi du manque de moyens consacrés à la sécurité sanitaire et -en référence notamment à l’affaire Lactalis- demandent que cesse «l’impunité des industriels grâce à des sanctions exemplaires».

Abattoirs mobiles

Le bien-être animal «est un grand absent malgré de belles promesses, dénoncent-elles. Aucune mesure de ce projet de loi ne vise à faire évoluer les pratiques d’élevage, de transport ou d’abattage, à l’exception d’une expérimentation importante sur les abattoirs mobiles.» Quant à la mise en place de contrôles vidéo en abattoir, conformément à l’engagement électoral d’Emmanuel Macron, et l’interdiction de la production d’œufs en cage, elles n’ont pas été inclues dans le projet de loi.

Protoxyde d’azote

Au plan climatique, les ONG auraient espéré des mesures permettant «l’optimisation de l’utilisation des engrais azotés» ou l’affirmation de l’objectif pour l’Etat «de ne pas participer à travers ses achats à la déforestation dans le monde»… Las, aucune disposition ne reprend ces thèmes.



[1] Action contre la Faim; ActionAid France; Agir Pour l’environnement; Agronomes et Vétérinaires sans frontières; Amis de la Terre France; Association française des diététiciens nutritionnistes; Association Max Havelaar France; Attac France; BLOOM; CCFD-Terre solidaire; Commerce équitable France; CIWF France; CMR (Chrétiens dans le monde rural) ; Comité français pour la solidarité internationale; Confédération paysanne; Coordination SUD; CRID; Criigen; Eau et Rivières de Bretagne; Fédération Artisans du Monde; Fédération des associations pour le développement de l’emploi agricole et rural (FADEAR); Fédération nationale d’agriculture biologique; Fermes d’avenir; Filière paysanne; Fondation pour la Nature et l’Homme; Foodwatch France; France Nature Environnement; Générations futures; Greenpeace France; Ingénieurs sans frontières AgriSTA (Agricultures et Souveraineté alimentaire); LPO; Miramap; Mouvement de l’agriculture bio-dynamique; Nature et Progrès; OGM dangers; Oxfam France; Plateforme pour une petite pêche; REFEDD (Réseau français des étudiants pour le développement durable); RENETA (Réseau national des espaces-tests agricoles); Réseau Action Climat; Réseau CIVAM; Réseau Cocagne; Réseau Environnement Santé; RESOLIS; Secours Catholique-Caritas France; SOL; Syndicat national d’apiculture; Terre & Humanisme.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus