EGA: deux coordinateurs pour faire la synthèse

Le 04 septembre 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La députée LRM Célia de Lavergne, coordinatrice des EGA.
La députée LRM Célia de Lavergne, coordinatrice des EGA.
DR

La semaine dernière, Stéphane Travert présentait officiellement à la presse le (seul et unique) coordinateur des Etats généraux de l’alimentation (EGA). Quelques jours plus tard, voilà celui-ci flanqué d’une nouvelle recrue, une élue rurale mais pas particulièrement versée dans les questions agricoles.

Olivier Allain n’est pas vexé: quelques jours après avoir été désigné comme LE coordinateur des Etats généraux de l’alimentation, l’agriculteur breton se voit adjoindre les services de Célia de Lavergne. Une néophyte en matière agricole, mais peu lui chaut. «Avec 4 réunions pour chacun des 14 ateliers, je ne peux matériellement pas assister à toutes les réunions, explique-t-il au Journal de l’environnement. Cela aurait paru désinvolte si l’on sacrifiait l’un au profit d’un autre.» La synthèse à laquelle est voué le coordinateur sera donc exhaustive, espère l’exploitant agricole, qui rencontre son homologue ce 4 septembre seulement.

Pourquoi avoir choisi Célia de Lavergne? A 37 ans, c’est son premier mandat de député. Elue sous l’étiquette La République en marche, c’est dans la troisième circonscription de la Drôme que cette diplômée de l'Ecole polytechnique et de l'Ecole nationale des Ponts et chaussées fait donc ses premières armes de parlementaire.

Participants. Qui a été admis à participer aux 14 ateliers des EGA? Mystère et boule de gomme. Une semaine après le début des réunions, le ministère de l’agriculture n’a toujours pas publié la liste des participants. Raison invoquée: pas encore tout à fait calée.

Mais elle connaît le jeu politique puisque qu’elle a été conseillère entre 2014 et 2016 auprès de Jean-Louis Missika, adjoint chargé de l'urbanisme à la mairie de Paris. Même si elle n’a «aucune expertise en matière agricole, admet l’ex-président de la chambre d’agriculture, elle a des compétences sur ce qui est ‘légiférable’ ou ne l’est pas’.» Et compte tenu de l’étroitesse de la marge de manœuvre de ces EGA, tenus par les règlementations communautaires et les jeux du commerce mondial, cette compétence sera sûrement utile. Avant de s’installer, l’an passé, à La-Chapelle-en-Vercors, avec mari et enfants, l’ingénieure avait dirigé l’Association scientifique et technique pour l’eau et l’environnement (ASTEE).

 

 

 

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus