Efficacité énergétique: difficile d’être exemplaire pour l’Etat

Le 11 février 2008 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 7 février, lors des deuxièmes rencontres des administrations et collectivités éco-responsables, Michèle Pappalardo a estimé la thématique du financement «prioritaire» pour parvenir aux objectifs du Grenelle relatifs à la réduction de la facture énergétique des établissements publics. Il s'agit de rénover tous les bâtiments publics d'ici 5 ans. Selon la commissaire générale au développement durable du ministère en charge de l'environnement, anciennement présidente de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), même si «rénover les bâtiments est économiquement rentable à moyen terme», cela pose des problèmes comptables à l'Etat. Une solution envisagée est le recours aux partenariats public-privé, «mais pas seulement», rajoute la commissaire. Une précision peut-être liée aux réserves formulées la veille par la Cour des comptes sur ce type de montage financier.

Selon Michèle Pappalardo, l'Etat possède 80.000 établissements pour une surface d'environ 130 millions de mètres carrés. La consommation moyenne atteint les 200 kilowattheures par mètre carré et par an (kWh/m2/an), soit «un peu mieux que la moyenne française qui est de 240 kWh/m2/an». Pour comparaison, après rénovation, un bâtiment ancien peut consommer moins de 80 kWh/m2/an.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus