Effet des aliments enrichis en phytostérols sur la prévention des maladies cardiovasculaires : avis de l'Anses

Le 10 juillet 2014 par Foodsafety Vigilance
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Publié le 03/07/2014 Anne Rambaud

 


Produits ajoutés aux aliments > Ingrédients
 
Dans un communiqué du 25 juin 2014, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a annoncé la publication des résultats de son évaluation des effets des aliments enrichis en phytostérols sur la prévention des maladies cardiovasculaires.
Les phytostérols sont des composés naturels présents dans les plantes ayant pour propriété de réduire le niveau de cholestérol sanguin. Quant aux phytostanols, ils sont issus de l’hydrogénation des phytostérols.
Au niveau européen, il est possible d'apposer sur les produits enrichis en phytostérols une allégation indiquant que les phytostérols diminuent le cholestérol sanguin et que la diminution du cholestérol sanguin peut réduire le risque de maladies cardiovasculaires.
 
L'Anses a été saisie en 2010 afin de mener une évaluation sur les risques et les bénéfices liés à la consommation de produits alimentaires enrichis en phytostérols ou en phytostanols.
A l'issue de cette évaluation, l'Anses conclut que les phytostérols contribuent bien à la réduction du cholestérol sanguin. En effet, ils contribuent à une réduction moyenne d’environ 10% de la cholestérolémie totale et de la teneur en "mauvais cholestérol". L'Agence note néanmoins que chez environ 30% des sujets, la consommation d’aliments enrichis en phytostérols n’induit pas de baisse de "mauvais cholestérol".
En revanche, leur bénéfice sur la prévention des maladies cardiovasculaires n’est pas démontré, notamment car le cholestérol n'est pas le seul facteur de ces maladies. Les aliments enrichis en phytostérols ne peuvent donc pas être considérés comme un moyen approprié de prévention des maladies cardiovasculaires.
 
L'Anses recommande notamment aux consommateurs de produits enrichis en phytostérols de veiller à atteindre de consommer assez de fruits et légumes pour compenser la baisse de β-carotène engendrée par la consommation de ces produits. Enfin, l'Agence déconseille l’utilisation de ces produits aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu'aux enfants.
 
Pour information, l'étiquetage des aliments et ingrédients alimentaires avec adjonction de phytostérols est aujourd'hui encadré par le règlement (CE) n° 608/2004 du 31 mars 2004 concernant l'étiquetage des aliments et ingrédients alimentaires avec adjonction de phytostérols, esters de phytostérol, phytostanols et/ou esters de phytostanol. Ce texte sera remplacé par le règlement (UE) n° 1169/2011 du 25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaire à compter du 13 décembre 2014.
 
Sources :
Communiqué de l'Anses, "Aliments enrichis en phytostérols : un bénéfice global sur la prévention des maladies cardiovasculaires non démontré", publié le 25 juin 2014 ;
Avis de l'Anses relatif à l'évaluation du risque et du bénéfice liés à la consommation de produit alimentaires enrichis en phytostérols ou en phytostanols, publié le 25 juin 2014.
 
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus