EDF produira moins d’électricité nucléaire cette année

Le 22 septembre 2016 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La centrale nucléaire du Bugey.
La centrale nucléaire du Bugey.
EDF / MATTHIEU COLIN

Ce qui influera sur ses résultats financiers 2016.

La production des centrales nucléaires d’EDF va diminuer en 2016 et 2017. Et Fessenheim n’y est pour rien, indique l’énergéticien dans un communiqué publié mercredi 21 septembre. Le groupe reconnaît que les contrôles de la qualité de l’acier des générateurs de vapeur, demandés en juillet dernier par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), entraîneront des réductions de production. En conséquence, le groupe présidé par Jean-Bernard Lévy a révisé à la baisse son objectif de production nucléaire pour l’année 2016, de 395–400 térawattheures à 380–390 TWh. Pour 2017, EDF espère injecter entre 390 et 400 TWh sur les réseaux.

Acier trop carboné

Faisant suite aux problèmes rencontrés lors de la construction de l’EPR de Flamanville et à ceux des pièces forgées par Areva, EDF doit aussi régler le problème de certains générateurs de vapeur. Lors d’examen, réalisés en 2015, l’énergéticien a découvert que l’acier de parties de générateurs équipant 18 réacteurs des paliers 900 et 1.450 mégawatts électriques (MWe) pouvaient présenter des concentrations trop importantes de carbone, réduisant de facto leur résistance mécanique. Ces pièces ont été forgées par Creusot Forges et par Japan Casting and Forging Corporation. Ce même type d’anomalie avait été aussi découvert dans certaines zones du couvercle et du fond de la cuve du réacteur de l’EPR de Flamanville. Le 23 juin dernier, l’ASN avait demandé de nouvelles études sur la qualité de l’acier des générateurs de vapeur, ainsi que d’autres pièces forgées, tels les pressuriseurs.

Paluel et Bugey

La disponibilité du parc sera aussi diminuée par les suites de l’incident de Paluel. Le 31 mars dernier, lors d’une opération de manutention, un générateur de vapeur (une pièce de près de 500 tonnes) avait chuté d’une vingtaine de mètres de haut. La tranche 2 de la centrale normande ne devrait pas pouvoir redémarrer avant de longs mois. Au Bugey, le revêtement métallique de l’enceinte en béton de l'un des réacteurs a été sévèrement dégradé. Au point de ne plus être étanche du tout. Là encore, le redémarrage n’est pas pour tout de suite.

La baisse de sa production nucléaire devrait mécaniquement faire reculer l’excédent brut d’exploitation d’EDF, lequel devrait osciller entre 16,3 et 16,6 milliards d’euros cette année, contre 16,3 à 16,8 milliards initialement prévus.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus