EDF exploite des barrages dangereux

Le 23 février 2007 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Près de la moitié des barrages hydrauliques d'EDF en France présentent des signes de vétusté, certains faisant peser un réel danger sur leur environnement, révèle le mensuel économique Capital dans son édition de mars.

Sur 450 barrages exploités dans l'Hexagone par le groupe, 200 présentent des signes inquiétants de vétusté, affirme Capital, qui s'est procuré un rapport confidentiel établi en août 2006 par la division production et ingénierie hydraulique d'EDF (DPIH). Une centaine de ces barrages jugés dangereux font même peser de réels dangers sur leur environnement immédiat, poursuit le mensuel, qui cite des affaissements de terrain, destructions de routes et inondations de villages comme conséquences éventuelles.

Les problèmes sont essentiellement concentrés dans les Alpes, mais les barrages du Massif central et des Pyrénées sont également concernés. La DPIH a prévu cependant un programme de réhabilitation, baptisé «Super Hydrau», consacrant entre 500 et 550 millions d'euros sur 5 ans à la rénovation de 200 installations, poursuit le magazine. La rénovation du seul barrage de Tuilières (Dordogne), dont les vannes rouillées sont tombées dans le fleuve libérant 5 millions de mètres cubes (m3) d'eau, nécessitera jusqu'à 80 millions d'euros d'investissement, soit près de 20% du budget de Super Hydrau, estime Capital.

EDF a indiqué, jeudi 22 février, qu'il allait bien engager un programme d'investissement de 500 millions d'euros sur la période 2007-2011 pour la maintenance de ces installations. «Cette décision du président d'EDF a d'ailleurs été inscrite au plan moyen terme des investissements du groupe», précise EDF dans son communiqué. Ce plan a bien été validé par la direction du groupe, contrairement aux affirmations du magazine, a précisé une porte-parole d'EDF.

«Les ouvrages hydrauliques sont conçus pour une durée de vie qui dépasse le siècle», souligne EDF, précisant que «l'âge moyen des centrales hydroélectriques d'EDF n'est que de 50 ans et elles affichent des niveaux satisfaisants de performance et de sûreté». Par ailleurs, «un contrôle systématique des ouvrages et des opérations d'entretien sont menés régulièrement», rappelle EDF, qui admet cependant que ses «installations sont davantage sollicitées que par le passé, en particulier pour faire face aux pics de consommation».




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus