EDF: aides d’Etat, Greenpeace porte plainte contre la France

Le 17 mai 2017 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Recapitalisation d'EDF ou aide d'Etat illégale?
Recapitalisation d'EDF ou aide d'Etat illégale?
VLDT

Selon l’ONG, le soutien public à EDF serait contraire aux règles européennes encadrant les aides d’Etat.

A la veille de l’assemblée générale des actionnaires, voilà qui tombe mal pour les dirigeants d’EDF. Ce mercredi 17 mai, Greenpeace annonce en effet déposer une plainte auprès de la Commission européenne contre l’Etat français.

4 milliards d’euros

Objet du courroux de l’ONG: la recapitalisation de l’ex-monopole électrique. Bouclée en mars dernier, cette opération avait permis au groupe présidé par Jean-Bernard Levy d’engranger 4 milliards  d’argent frais. Appréciable en cette période de vaches maigres.

Pour l’association anti-nucléaire, cette opération, imaginée au printemps 2016 par un certain Emmanuel Macron, est surtout contraire aux règles communautaires encadrant les aides d’Etat. Lors de l’augmentation de capital, l’Etat a injecté 3 Md€ dans les caisses d’EDF.

6,8 milliards de soutiens publics

A cela s’ajoute le fait que Bercy (actionnaire à 83,1% d’EDF) a choisi de percevoir ses dividendes non plus sous forme numéraire mais en actions. «Ce qui représente à ce jour un montant de 3,8 Md€ accordés à EDF», estime l’association. «L’Etat français a donc transfusé 6,8 Md€ à EDF, sans aucune garantie d’assainissement des finances de l’entreprise en contrepartie, alors qu’elle est endettée à hauteur de 75 Md€», dénonce l’organisation écologiste.

Financer les EPR de Hinkley Point

De l’avis de Greenpeace, la recapitalisation a «surtout été orchestrée pour faciliter le financement d’Hinkley Point au Royaume-Uni. Un projet à haut risque, pour lequel l’entreprise devra débourser 16 Md€ alors qu’elle n’a déjà pas les moyens d’investir dans le maintien de la sûreté du parc nucléaire français, ni dans les renouvelables.»

Dans sa plainte consultée par l'AFP, l'association souligne que ces aides publiques «n'ont été ni notifiées à la Commission ni, à plus forte raison, conditionnées à quelque engagement que ce soit en matière de proportionnalité ou de rentabilité». 

EDF avait assuré en mars que sa recapitalisation servirait «principalement» à financer ses opérations de développement sur la période 2017-2020 et à renforcer sa structure financière.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus