Ecophyto: un bilan en demi-teinte

Le 09 décembre 2013 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Sur le moyen terme, l'usage reste constant.
Sur le moyen terme, l'usage reste constant.
DR

Cela aurait dû être une bonne surprise. Lundi 9 décembre, le ministre de l’agriculture a présenté les nouveaux résultats du plan Ecophyto. Fruit du Grenelle de l’environnement, cet ambitieux programme vise à réduire de moitié l’utilisation des produits phytosanitaires entre 2008 et 2018. Un objectif dont Stéphane Le Foll s’était démarqué l’an passé, l’estimant inatteignable.

 

Et de fait, les précédents résultats n’ont pas été à la hauteur des espoirs mis dans l’assainissement des pratiques agricoles. Entre 2010 et 2011, le monde agricole français a accru de 2% sa consommation de pesticides, exprimée en nombre de doses unités (Nodu). Un chiffre comparable à ceux des années précédentes.

 

Le bilan 2012 n’est pas aussi noir. A l’issue de la réunion annuelle du comité national d'orientation et de suivi du plan Ecophyto, Stéphane Le Foll s’est réjoui de la chute de 5,7% de l’utilisation des pesticides, entre 2011 et 2012. Du jamais vu!

 

Pour autant, tout n’est pas rose dans nos vertes campagnes. Car le bon chiffre est essentiellement imputable à une diminution de 11% de l’usage des herbicides et des insecticides. Il masque, en revanche, un accroissement de 6% de l’utilisation des fongicides.

 

«Ce sont, chaque année, environ 80 millions de doses de pesticides qui sont épandues sur nos champs, puis dispersées dans le sol, dans l’eau, dans l’air», tempère France Nature Environnement dans un communiqué.

 

Et si Générations futures se félicite de la baisse de 63% des produits cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) 1A et B, entre 2008 et 2012, c’est pour mieux préciser qu’«elle est le fait de retraits de produits notamment entre 2008 et 2009 prévus dans le cadre réglementaire européen».

 

Même chose pour les CMR 2, dont l’utilisation a baissé de 37% entre 2008 et 2012, contrairement aux substances réputées dangereuses pour l’environnement dont l’usage stagne depuis 5 ans.

 

Hors des champs, les services techniques des collectivités, la SNCF et les jardiniers du dimanche ne font pas beaucoup d’efforts: l’usage des pesticides en «zone non agricole» (7% des pesticides dans l’Hexagone) reste constant depuis 2008.

 

De quoi nourrir le projet de loi d’avenir sur l’agriculture que le gouvernement soumettra prochainement à la sagacité des parlementaires.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus