Economie circulaire: un label pour agir au niveau local

Le 27 juin 2017 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Bruno Lechevin a annoncé l'expérimentation d'un label dédié à l'économie circulaire
Bruno Lechevin a annoncé l'expérimentation d'un label dédié à l'économie circulaire

Un label dédié à l’économie circulaire va voir le jour en janvier prochain, a annoncé l’Ademe, lors de l’ouverture des Assises de l’économie circulaire, qui se tiennent pendant deux jours à la Maison de la Chimie à Paris.

 

Il est urgent d’appuyer sur la pédale de frein. Tel est le message, qu’ont adressé, une fois encore, les représentants de l’Ademe[1], à l’ouverture des Assises de l’économie circulaire. «Le monde consomme aujourd’hui 85 milliards de tonnes de matières premières par an. A ce rythme, nous consommerons 183 Md t en 2050», rappelle Marc Cheverry, chef du service Prévention et gestion des déchets. 

 

Facteur 5

Au plan pédagogique, un plafond planétaire pourrait susciter une mobilisation générale autour d’un même objectif, comme ce fut le cas pour le réchauffement climatique. «L’équivalent des 2°C existe en matière de ressources. Selon une évaluation des Nations Unies, il faudrait diviser par 5 notre consommation d’ici à 2050, pour la limiter entre 3 et 6 tonnes par habitant», note Alain Geldron, l’expert en matières premières de l’Ademe, en référence au rapport Rockström-Steffen publié en 2009.

 

Economie de cosmonaute

En France, cette trajectoire est «irréversible», selon le nouveau ministre de la transition écologique et solidaire. «Je ferai tout pour libérer la capacité d’innovation, que je vois fleurir un peu partout, et pour identifier ce qui fonctionne et le généraliser», a déclaré Nicolas Hulot, rappelant qu’il fallait «passer d’une économie de cow-boy à une économie de cosmonaute, où la rareté est la norme».

 

Equilibre de la filière textile

Il a également évoqué la finalisation d’un plan pour assurer un équilibre économique à la filière du recyclage textile de trouver et le lancement d’une filière dédiée au recyclage du verre plat pour faire progresser le taux de 5 à 40 ou 50%. L’expérience des territoires zéro déchet pourrait par ailleurs être prolongée au-delà de 2017.

 

Un label pour les collectivités locales

Pour l’heure, l’économie circulaire est loin d’être généralisée et compte, au mieux, des initiatives intéressantes, mais éparses sur le territoire. Pour encourager les villes et les intercommunalités à les multiplier, «un label Economie circulaire sera expérimenté dès janvier 2018 au sein de 10 collectivités locales», affirme Bruno Lechevin, président de l’Ademe.

La mairie de Paris présentera pour sa part sa stratégie en faveur de l’économie circulaire, le 3 juillet, lors du prochain conseil. Elle se basera notamment sur le réemploi des matériaux du bâtiment, le soutien aux start-up, et la commande publique responsable.

 

 

 



[1] Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus