Ecomouv’: la SNCF assure le transfert modal des salariés

Le 15 décembre 2014 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
De la route au rail.
De la route au rail.
Alstom

Formés à la taxation du transport routier, les salariés d’Ecomouv’ vont devoir s’intéresser à la logistique et au transport ferroviaires. Dimanche 14 décembre, le président de la SNCF a annoncé que son groupe embaucherait une partie des salariés licenciés d'Ecomouv', société qui était chargée de la mise en œuvre et de la collecte de l’écotaxe poids lourds. Une piste évoquée mi-novembre par la CGT.

«On va faire notre devoir d'actionnaire, c'est-à-dire qu'on va participer au "sauvetage" de ces emplois» et des «efforts» seront faits à destination de ces salariés «qui se sont formés pendant deux ans, qui parlent de nombreuses langues et qui connaissent très bien la réglementation», a déclaré Guillaume Pepy, lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

Les 200 salariés d'Ecomouv' seront licenciés, suite à la disparition annoncée de l’entreprise, annoncée mardi 9 décembre par sa direction, –conséquence de l'abandon par le gouvernement du dispositif d'écotaxe que l'entreprise était chargée d'appliquer. 157 des 200 salariés sont basés à Metz, au centre opérationnel d'Ecomouv'.

Geodis, filiale logistique de la SNCF, pourrait absorber quelques emplois, a poursuivi Guillaume Pepy. «On fera notre part», a-t-il ajouté, sans préciser le nombre d'embauches envisagées. «Le sujet n'a même pas encore commencé, on va donc discuter», a-t-il conclu.

Ecomouv' est une filiale à 70% de l'Italien Atlantia (ex-Autostrade), où sont également présents les Français Thales (11%), SNCF (10%), SFR (6%) et Steria (3%).



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus